Le Grand jeu : nouvelles d’Eurasie

Le Grand jeu : nouvelles d’Eurasie

Note du Yéti : trois articles en un du Grand jeu  sur les soubresauts en Eurasie : le différend Chine-Inde en Himalaya, le dernier sommet des BRICS et le cas nord-coréen.


Alors que l’empire maritime unilatéral US perd toujours plus la main, même s’il réussit encore parfois quelques « coups », la multipolarité eurasienne continue son inexorable ascension, bien que celle-ci ne soit pas exempte d’accrocs. Le Grand jeu dans toute sa splendeur…

Réconciliation dans l’Himalaya

Réconciliation dans l'Himalaya

Si le Bhoutan et son fameux BNB (Bonheur national brut) est connu pour sa douceur de vivre à l’écart du développement frénétique de la planète, les derniers mois avaient cependant été marqués par de très fortes tensions dans la zone.

Enclavé entre les géants chinois et indien, le petit royaume himalayen s’est en effet retrouvé au beau milieu d’une querelle qui a fait les gros titres, parfois exagérés, y compris chez Zero Hedge ou RT (de l’importance de ne pas suivre aveuglément les médias, même les meilleurs…)

Retour sur l’affaire :

New Delhi a dénoncé vendredi comme une atteinte à sa « sécurité » la construction d’une route militaire chinoise sur un plateau montagneux stratégique au centre de tensions entre l’Inde, la Chine et le Bhoutan depuis plusieurs jours.

New Delhi « a signifié au gouvernement chinois qu’une telle construction représenterait un changement significatif du statut quo avec de sérieuses implications pour la sécurité de l’Inde », a déclaré le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

Située sur le flanc ouest du Bhoutan et à l’est de l’État indien du Sikkim, la vallée tibétaine de Chumbi fait la jonction entre les territoires indien, chinois et bhoutanais. Si cette vallée est reconnue comme appartenant à la Chine, le plateau montagneux de Doklam dans sa partie sud-est fait cependant l’objet d’un contentieux entre Thimphou et Pékin.

Le Bhoutan soutient que la question de la souveraineté sur cette zone doit encore être réglée. La Chine, cependant, assure que le Doklam – qu’elle appelle Donglang – fait partie de son territoire et qu’elle a tout droit d’y effectuer des travaux.

« Le 16 juin, une équipe de construction de l’APL [armée populaire de libération, nom de l’armée chinoise, ndlr] a pénétré dans la zone de Doklam et essayé de construire une route », indique New Delhi, qui agit comme le parrain du Bhoutan sur la scène internationale.

La vallée de Chumbi est d’autant plus sensible pour l’Inde qu’elle n’est située qu’à quelques dizaines de kilomètres du corridor de Siliguri, une étroite bande de terre surnommée « cou de poulet » qui est la seule jonction territoriale pour New Delhi entre les plaines du nord et ses États du nord-est.

Le Bhoutan et la Chine n’entretiennent pas de relations diplomatiques officielles et dialoguent généralement via New Delhi. Mercredi, Thimphou a enjoint la Chine d’interrompre ce chantier, dénonçant une « violation d’accord ».

Pékin a levé la voix cette semaine sur ce dossier. Il a dénoncé mardi une « incursion » de militaires indiens sur son territoire pour essayer de stopper le chantier de la route.

En coordination avec les autorités bhoutanaises, « du personnel indien, présent dans la zone générale (du col) de Doka La, a approché les équipes du chantier pour les enjoindre » à cesser les travaux, a déclaré vendredi New Delhi.

Himalaya carte 1

Ce corridor de Siliguri, coincé entre le Népal et le Bangladesh, et faisant la jonction avec les territoires isolés du nord-est, est effectivement un point hautement stratégique pour New Delhi. Pour l’anecdote, non loin se trouvent les célèbres champs de thé de Darjeeling ainsi que le Kanchenjunga, troisième sommet du monde.

Himalaya carte 2

À l’incursion indienne ont logiquement succédé les menaces chinoises, puis un statu quo de quelques semaines dans les brumes himalayennes, Pékin et surtout Delhi tentant de trouver une solution afin de réduire les tensions tout en ménageant la face de chacun.

Il est vrai que la position indienne est assez inconfortable et en partie responsable de la crise. L’Inde a tendance à se considérer, en exagérant parfois son rôle, comme la tutrice du Bhoutan et s’est trouvée embringuée dans la querelle territoriale sino-bhoutanaise. Or cette dispute est susceptible d’ouvrir la boîte de Pandore et de remettre en cause la convention anglo-chinoise de 1890 qui a peu ou prou délimité les frontières entre les deux géants asiatiques.

De plus, cela créé un précédent : l’Inde intervient ici en tant que troisième acteur (à la requête  réelle ou supposée du Bhoutan). Pourtant, c’est exactement ce que New Delhi refuse concernant le Cachemire alors que le Pakistan réclame à cors et à cris l’internationalisation du dossier depuis des décennies.

Ainsi, malgré les poussées de fièvre nationaliste en Inde, le gouvernement Modi a vite compris que la poursuite de la crise n’était pas dans l’intérêt du pays et a retiré ses troupes. Chose intéressante, la spectaculaire réconciliation fin août a eu lieu dans l’optique du sommet des BRICS à Xiamen du 3 au 5 septembre.

La conclusion de l’affaire est double. Premièrement, l’on a souvent tendance à voir le Grand jeu comme un affrontement de grands blocs, mais il ne faut jamais oublier que les antagonismes et particularismes locaux peuvent avoir une réelle incidence. La meilleure illustration vient du « mouchoir de poche » du Doklam, petit plateau inconnu au fin fond de nulle part mais qui, on vient de le voir, aurait pu avoir de très sérieuses conséquences à l’échelle du continent-monde.

Quant aux structures multipolaires – les BRICS en l’occurrence – elles font une nouvelle fois la preuve qu’elles sont bien autre chose qu’une coquille vide. Aucune surprise pour le fidèle lecteur, nous l’annoncions avant le début de la crise du Doklam :

Poutine est à Astana pour un importantissime sommet de l’Organisation de Coopération de Shanghai qui verra l’entrée officielle de l’Inde et du Pakistan dans la confrérie eurasiatique, décidée il y a deux ans et ayant pris un peu de retard. 

Le parallèle est frappant. Tandis que les institutions de l’empire américain sont en train de se fissurer (Union européenne # Brexit ; OTAN # Turquie) ou d’exploser (CCG # Qatar), la multipolarité eurasienne continue d’intégrer et de grandir. Tss tss Mackinder…

Certes, l’entrée du couple infernal indo-pakistanais importera son lot de frictions – dispute du Cachemire, méfiance de l’Inde vis-à-vis de la Chine et de ses routes de la Soie (rappelons que Modi a refusé de participer au sommet organisé le mois dernier par Pékin) – et la presse russe ne cache d’ailleurs pas certaines craintes. Mais cette plateforme unique de consensus à l’échelle du continent-monde qu’est l’OCS finira par créer, sous la pression du binôme russo-chinois, le dialogue nécessaire entre les frères ennemis.

Vladimirovitch ne disait pas autre chose dans un article écrit juste avant le sommet :

« Les activités de notre groupe sont fondées sur les principes d’égalité, de respect et de consensus. Au sein des BRICS, rien n’est jamais imposé à personne. Quand les approches de ses membres diffèrent, nous travaillons patiemment et calmement afin de les faire coïncider. Cette atmosphère ouverte et basée sur la confiance est le gage de notre réussite. »

BRICS pas à brac

BRICS pas à brac

Ce sommet de Xiamen justement, qu’en est-il ressorti ? Une foultitude de choses et ce n’est sans doute pas un hasard si la MSN occidentale commence à s’y intéresser un peu plus sérieusement que par le passé…

L’un des accents a été mis sur la lutte contre le terrorisme et, pour la première fois, des groupes djihadistes pakistanais (Lashkar e-Taiba et Jaish e-Mohammed) ont été nommés, pour le plus grand plaisir de New Delhi. Pékin s’est même cru obligé ensuite de rassurer le Pakistan sur ses intentions.

Plusieurs contrats ou memorandums de coopération ont été signés et d’importantes rencontres bilatérales ont eu lieu (Poutine-Xi, Xi-Modi, Temer-Modi, Modi-Poutine…). À ce propos, notons l’intéressant tango du président brésilien, Temer l’Usurpateur comme certain l’appellent, peu ou prou mis en place par un coup d’État juridico-institutionnel américain il y a un an. Le système impérial doit rire jaune en voyant son « protégé » s’émanciper dangereusement, inviter à la Chine à investir dans les privatisations et proposer de créer une plateforme de renseignement purement BRICS contre le terrorisme ainsi qu’une agence de notation.

On en avait déjà vu les prémices quand, en juin, Brasilia et Moscou ont annoncé une plus ample coopération spatiale et que Temer s’était dit intéressé par l’installation du système russe Glonass, concurrent du GPS américain, au Brésil. Comme son voisin Macri en Argentine, Temer doit faire face au principe de réalité : l’avenir est au monde multipolaire et il serait suicidaire de s’en séparer.

BRICS carte 1
Évolution des PIB des zones G7 et E7 depuis 1990

D’ailleurs, celui-ici attire de plus en plus et le président mexicain Peña Nieto a participé comme invité au sommet. Bientôt le BRICSM ? Ça semble en tout cas être le souhait de Pékin : élargir la multipolarité et y associer un nombre grandissant de pays. Le projet BRICS Plus, introduit en mars dernier par le ministre chinois des Affaires étrangères, propose d’étendre le partenariat avec le Mexique, l’Égypte ou encore la Thaïlande.

Mais la bombe du sommet de Xiamen a une nouvelle fois été économique et financière, avec un mot d’ordre en filigrane : dé-do-lla-ri-sa-tion. Dans l’article cité plus haut, Vladimirovitch avait d’ailleurs annoncé la couleur, quoique de manière diplomatique. Dans une déclaration commune des cinq, on peut lire cette phrase qui n’a pas dû passer inaperçue à Washington :

« Nous nous sommes mis d’accord pour favoriser le développement des marchés des obligations en devises nationales des pays des BRICS, ainsi que pour créer un fonds d’obligations en devises nationales des BRICS. »

Autre idée évoquée, mais encore à l’état de projet : la création d’une crypto-monnaie BRICS, évidemment vue comme une alternative au dollar. Mais surtout, la triade pétrole-or-yuan se met en place, court-circuitant bientôt le pétrodollar. Russie-Chine d’abord (ça a déjà commencé), puis les BRICS, leurs partenaires, les États alliés (Iran) voire même d’anciens vassaux de l’empire ensuite retournés (Qatar). Le tsunami risque d’être inarrêtable et fatal au système impérial américain. On comprend que Bzrezinski ait préféré partir avant

Dans cet horizon fait de nuages noirs, une éclaircie tout de même pour Washington, offerte sur un plateau d’argent par l’allumé de Pyongyang.

Rien ne sert de Corée, il faut partir à point

Rien ne sert de Corée

Nous étions restés sur l’élection de Moon Jae-in en Corée du sud et la mauvaise nouvelle que cela représentait pour le Deep State néo-con :

Moon a envoyé les Américains valser sur la lune en suspendant le déploiement du THAAD. Concrètement, les deux batteries déjà débarquées resteront jusqu’à plus ample informé, mais celles qui étaient en attente d’installation attendront encore longtemps…

On imagine aisément le soulagement à Pékin, dont le nouveau président sud-coréen est assez proche, et à Moscou ; l’empire US vient de connaître un méchant revers dans sa tentative de contenir la partie orientale de l’Eurasie.

Car c’est de haute stratégie qu’il s’agit ici : Washington utilise habilement un conflit ancien et réel (crise coréenne : 1er niveau) pour placer ses pions sur l’échiquier (Grand jeu : 2nd niveau). Les batteries THAAD sur le territoire sud-coréen surveillent officiellement la Corée du nord et officieusement la Chine.

Nous avertissions cependant :

Dans ce contexte, l’élection de Moon risque de rebattre les cartes, dans des proportions qu’il est difficile de prévoir. Il est notoirement amical avec Pékin et, on l’a vu plus haut, très critique vis-à-vis de l’installation du bouclier US. Rééquilibrage des alliances, soumission à la pression américaine, ni-ni visant à plaire à tout le monde… tout est possible. Sans compter les coups d’éclat de Kim III qui ne manqueront pas d’advenir.

C’est advenu ! L’indécrottable Nord-coréen a procédé à ses essais nucléaires et provocations diverses, forçant la Corée du sud à finalement accepter le THAAD sur son territoire malgré les houleuses protestations : « une décision difficile mais inévitable » selon Séoul.

Kim III ou l’idiot utile de l’empire…

=> Source : Le Grand jeu

Partager ce billet

L'observateur des soubresauts géopolitiques au Moyen-Orient