Le Grand jeu : la bataille finale (mise à jour)

Le Grand jeu : la bataille finale (mise à jour)

L’État islamique semble en train de vivre ses derniers moments en tant qu’ensemble territorial. Quelques semaines, quelques mois peut-être, guère plus.

Aujourd’hui, l’armée syrienne a totalement libéré Deir ez-Zoor des dernières poches daéchiques. Les loyalistes sont désormais libres de porter tous leurs efforts sur l’ultime bataille, la plus importante, celle qui validera ou non la reconstitution de l’arc chiite : Al Bukamal.

L’avance se fera sur deux axes, à partir de Mayadin le long de l’Euphrate et depuis le T2. Les Russes préparent le chemin ces derniers jours, vaporisant centres de commande et dépôts de munition. Chose intéressante, des Kalibr tirés de sous-marins participent à la fiesta (clin d’œil appuyé en direction du Pentagone…)

De l’autre côté, l’armée irakienne et les UMP chiites progressent encore, prenant le poste-frontière d’Al Qaïm et entrant dans la ville même. 40 000 hommes participent à l’opération et des renforts affluent sans cesse maintenant que les combats se sont calmés avec le Kurdistan barzaniste. La survivance du califat en Irak (A sur la carte suivante) n’est plus qu’une question de semaines… Mais c’est la suite qui nous intéresse tout particulièrement.

Tout d’abord, un petit mystère. Il était établi que les proxies US autrement appelés SDF avaient mis la main sur les champs de pétrole de l’est syrien et étaient à une quarantaine de kilomètres d’Al Bukamal, ayant doublé les forces loyalistes sur l’Euphrate. Or, depuis quelques jours, plusieurs cartes sont apparues qui montrent que l’avance SDF est bien moindre que présumée. Il est pour l’instant difficile de démêler l’info de l’intox ; c’est le ? de notre carte.

En l’état actuel des choses, deux possibilités se présentent après l’expulsion d’Irak des petits hommes en noir vers les maigres territoires qui leur restent en Syrie. Soit une remontée vers le nord (1) pour affronter les Kurdes américanisés, soit une poussée vers l’ouest (2) pour se jeter contre l’armée syrienne et le Hezbollah.

Le système impérial US et sa dépendance israoudienne préféreraient évidemment l’hypothèse n°2 tandis que le 4+1 parie sur la première. Téhéran est vraisemblablement à la manœuvre, ayant sans doute conseillé les forces irakiennes et les milices chiites d’attaquer Al Qaïm par le sud afin de repousser Daech vers le nord.

Au-delà de la coopération existante entre Bagdad et Damas, assistera-t-on à l’entrée massive des UMP en Syrie pour aider l’armée syrienne à sécuriser la frontière puis prendre Al Bukamal, au grand dam de Washington, Tel Aviv et Riyad ? Il semble en tout cas que quelque chose soit dans les tuyaux…

À la mi-septembre, des sources avaient affirmé que des contingents syriens et du Hezbollah étaient déjà présents en Irak, laissant entendre que Bagdad et Damas s’étaient accordés pour autoriser leur présence militaire mutuelle chez le voisin. Il semble maintenant que ces contingents loyalistes syriens se préparent à attaquer Al Bukamal à partir du territoire irakien !

Un troisième axe d’attaque, en plus du T2 et de Mayadin, qui aurait pour effet de repousser les vestiges de l’EI vers le nord…

=> Source : Le Grand jeu

Partager ce billet

<p>L’observateur des soubresauts géopolitiques au Moyen-Orient</p>