Glyphosate : une élection régionale allemande à l’origine de l’autorisation

Glyphosate : une élection régionale allemande à l’origine de l’autorisation

La volte-face de l’Allemagne sur le glyphosate montre que la construction européenne dépend bien de la politique intérieure allemande.

Si nous voulons comprendre pourquoi il y aura encore du glyphosate dans nos assiettes, dans nos bouteilles, dans nos verres, nous devons observer la politique intérieure de l’Allemagne.

Le ministre allemand de l’Agriculture s’appelle Christian Schmidt. Il est membre d’un parti conservateur de droite, la CSU.

Pour préparer les élections régionales de Bavière de septembre 2018, le ministre conservateur Christian Schmidt a choisi de plaire à ses alliés la Fédération des fermiers allemands (DBV) et la Fédération de l’industrie des pesticides et engrais (Industrie Agrar), qui sont pour le glyphosate. La Bavière est une terre d’agriculteurs, les agriculteurs sont pour le glyphosate, et Christian Schmidt veut conserver leurs votes.

Voilà pourquoi, inversant la position allemande précédente et malgré les protestations de la ministre allemande de l’Environnement, Barbara Hendricks (SPD), Christian Schmidt a approuvé la reconduction de l’autorisation du glyphosate pour cinq années supplémentaires dans l’Union européenne.

Voilà comment c’est une élection régionale en Bavière qui est à l’origine du maintien du glyphosate dans toute l’Union européenne !

Partager ce billet

<p>Mes priorités : sortir de l’Union européenne, sortir de l’euro, sortir de l’Otan.</p>