La vague de grand froid en France est dû à un réchauffement climatique

La vague de grand froid en France est dû à un réchauffement climatique

Le passage d’une période de grand froid suscite toujours les railleries des climato-sceptiques. Pourtant celui qui passe actuellement sur la France est dû à un réchauffement climatique.

C’est en tout cas l’explication de David Dehenauw, chef du bureau du temps à l’Institut royal belge de météorologie : ce passage du grand froid vient principalement d’un déplacement du vortex polaire.

Extrait d’un article du site La Libre.be citant les conclusions de David Dehenauw et d’un autre climatologue, Pascal Mormal, du service renseignements climatologiques et météorologiques à l’IRM :

La stratosphère de l’Arctique connaît en effet actuellement un réchauffement de plusieurs dizaines de degrés, sur quelques jours, elle qui peut pourtant descendre jusqu’à une température de moins 80°C. Conséquence : cela a pour effet d’éclater ce“dôme” d’air froid et donc de le morceler, de désorganiser la circulation au sein de la stratosphère. Cet éclatement du vortex a eu lieu début février. Certaines parties de ce courant sont perturbées, ce qui va ralentir le flux d’Ouest. Qui dit ralentissement du flux d’Ouest, dit développement d’air plus continental. Il s’agit ici d’un air froid, voire très froid. Plus précisément, cet air glacial nous vient actuellement de la Sibérie.

Pour confirmer d’ailleurs le point de vue des deux scientifiques susnommés, Le Washington Post note qu’une station météo au nord du Groenland a enregistré les 19 et 20 février des températures supérieures à 0°C, soit environ 25°C au-dessus des normales saisonnières.

Pour finir, vous remarquerez que le titre de ce billet précise volontairement « … dû à UN réchauffement climatique », et non « AU réchauffement climatique ». En effet, selon les climatologues, le lien entre ce type accidentel de modifications au niveau du vortex polaire et la perte de glace en Arctique due au réchauffement climatique n’est pas encore totalement établi… ni complètement exclu !

En attendant, point n’est besoin d’alimenter l’inévitable machine à sottises des climato-sceptiques (Donald Trump, Jean-Marie Le Pen…).

=> Source : La Libre.be

Partager ce billet

Un "voyageur à domicile" en quête du monde d'après.