États-Unis : Baltimore une ville en plein chaos

États-Unis : Baltimore une ville en plein chaos

Baltimore, Maryland, est une ville américaine emblématique du chaos social qui gangrène aujourd’hui les États-Unis. État des lieux au 4 août 2017 établi par le Stock Board Asset


Un cessez-le-feu a été convenu entre « les chefs de gangs de Baltimore, les trafiquants de drogue et tous ceux qui sont liés à la violence » et entrera en vigueur vendredi [4 août, ndlr].

Ceci est l’acte de désespoir d’une communauté qui connaît actuellement un taux d’homicides deux fois supérieur à celui de Chicago et un nombre d’assassinat plus important qu’à New York. Le cessez-le-feu vise à arrêter les massacres pendant au moins 72 heures, entre le 4 et le 6 août. Le slogan choisi par les organisateurs vient à point nommé : « Personne ne tue personne. »

Le nombre de crimes violents à Baltimore a explosé au cours des dernières années, en raison de l’″effet Ferguson″, créé par la mort de Freddie Gray qui déclencha les émeutes d’avril 2015 à Baltimore.

Selon The Economist, Baltimore pourrait dépasser les 400 meurtres cette année. Ce qui ferait de 2017 l’année la plus meurtrière jamais enregistrée.

Les homicides en août étaient en forte augmentation au moment du cessez-le- feu.

(Cliquer sur les images pour les lire)

Les révisons annuelles anticipent une augmentation des crimes violents dans les mois à venir.

Cartographier les 208 homicides dans la ville de Baltimore ressemble à un navire de guerre.

« Si rien ne vient rompre ce cessez-le- feu, celui-ci est une première étape pour aider les résidents à sentir qu’ils reprennent le contrôle des quartiers », déclare Cassandra Crifasi, directrice-adjointe de l’association Johns Hopkins-Baltimore pour la réduction de la violence.

« Même si le cessez-le-feu ne réussissait qu’à obtenir un seul jour sans fusillade, ce serait bon pour la ville », ajoute Crifasi.

Conclusion : il est très improbable que « les chefs de gangs de Baltimore, les trafiquants de drogue et tous ceux qui sont liés à la violence » acceptent de subir une perte de leurs profits pendant 72 heures de profits et de déserter les quartiers où ils dealent leurs drogues. Baltimore est une zone de guerre chaotique et il est temps de commencer à le traiter comme tel.

=> Source : Stock Board Asset

Partager ce billet

<p>Un “voyageur à domicile” en quête du monde d’après.</p>