Essorer Bernard Arnault plutôt que les derniers cathos

Essorer Bernard Arnault plutôt que les derniers cathos

Un foulard sur quelques têtes d’écolières : deux lois. Des morts à répétition dans les incendies et les effondrements d’immeubles vétustes : rien.

Véronique, on se connaît depuis qu’on est gosses. Nos pères étaient des copains originaires du même coin.

Les parents de Véronique étaient agriculteurs, membres du MODEF, un syndicat dissident de la FNSEA, compagnons de route du Parti communiste et catholiques fervents. Leurs enfants vont tous prendre le même chemin. Passage à la JEC, jeunesse étudiante chrétienne, à la JOC, jeunesse ouvrière chrétienne, ou bien au MRJC, mouvement rural de la jeunesse chrétienne. En sus du passage concomitant à la JC, jeunesse communiste.

Ils ne votent qu’en pointillé

Les parents de Véronique sont aujourd’hui décédés. Les enfants ? Dispersés dans toute la France. Hormis une fille, les six autres sont devenus incroyants. Ils ont aussi tous lâché le Parti communiste au fil des années. Les errements continuels du Parti… Aujourd’hui ils sont toujours affiliés à la CGT sauf le frère agriculteur qui milite à la Confédération paysanne.

Véronique me dit qu’elle n’a pas été voter en 2017. Pas plus aux présidentielles qu’aux législatives. Pas une candidature ne l’inspirait vraiment. Ça fait bien longtemps qu’elle ne vote qu’en pointillé, Véronique, comme ses frères et sœurs. Parfois l’un ou l’une vote un peu n’importe quoi et les autres en rigolent. Comme l’année où Christophe a voté François Bayrou par désintérêt pour Ségolène Royal dont « on ne sait pas si c’est de la viande ou du poisson ». Voter Bayrou en étant un syndicaliste CGT ! Même sa propre épouse, qui n’a pas voté bien sûr, en était encore tourneboulée en me racontant ça plusieurs mois après !

Ce qui coince à mort

Vous n’avez jamais songé à voter Mélenchon ? C’était quand même la candidature la plus proche de vos idées partageuses, non ? Ça fait un bon moment qu’on cause avec Véronique quand je tente cette approche et c’est là que ça fait mal. Toute la fratrie adopterait volontiers le programme de la France insoumise. Il n’y a pas de discussion là-dessus. Mais… il y a un très gros MAIS qui coince à mort. La pierre d’achoppement. Le mur. Infranchissable. C’est la laïcité.

Je te résume le long développement argumenté et un poil énervé de Véronique : la laïcité telle qu’écrite dans la loi de 1905 leur convient. C’est son « détournement par des intolérants » qui leur déplaît. Ils regardent la « laïcité d’aujourd’hui » avant tout comme une haine des religions et des croyants. Et aussi comme la volonté de créer une division artificielle entre les travailleurs. D’aucuns œuvrant même à cette division pour la substituer à une question qui fâche : si « on entend beaucoup “laïcité”, on entend bien rarement “lutte des classes” ».

Je t’ai déjà dit que la fratrie est devenue incroyante. Comme indifférents ou athées ils devraient être dans le « camp laïque ». Mais tous gardent le respect pour la croyance de leurs parents et de leur sœur bien qu’ils ne la partagent plus. Ce respect dépasse largement, pour eux tous, le seul domaine de la foi. C’est le respect de l’intégrité et de la liberté de la personne qui est en jeu. Véronique est travailleuse sociale comme l’un de ses frères. Et ils mettent volontiers sur le même plan la foi éventuelle, le handicap que tu n’as pas choisi, l’orientation sexuelle, comme n’importe quelle particularité sociale.

Essorer Bernard Arnault plutôt que les derniers cathos

« Avec cette intolérance affichée c’est un million d’électeurs que Mélenchon n’a pas eu. Tes insoumis ont chassé des électeurs à coups de balai par détestation des croyants et méconnaissance des priorités » me dit Véronique. Bon, j’ai bien relevé le « coup de balai », référence explicite au slogan insoumis, mais je ne me hasarderais pas à avancer un chiffre.

Véronique me fait néanmoins songer à tous ces habitants ou originaires du grand ouest, et à tous ces catholiques zombies, comme les nomme Emmanuel Todd. À tous ces électeurs potentiels qui voteraient France insoumise au lieu de s’abstenir ou de disperser leurs voix à la fantaisie des quatre vents. Si nous savions mettre la priorité sur la question sociale, sur la question écologique, et mettre au rebus quelques vieilles lunes. Même si on abolit le Concordat dans trois départements, ça reste un détail sans importance, ça ne mérite pas de figurer dans un programme national.

« Y’a des priorités ! Quand allez-vous enfin essorer Bernard Arnault plutôt que les derniers cathos ? Ton François Ruffin doit se sentir très seul. » Véronique illustre à sa manière – désabusée mais véhémente – cette remarque lapidaire trouvée sur la toile que je cite de mémoire :

Un foulard sur quelques têtes d’écolières : deux lois. Des morts à répétition dans le froid, les incendies et les effondrements de logements vétustes : rien.


David Sire chante “Pousser” en homme-orchestre d’aujourd’hui. Il s’accompagne avec guitare, percussions et chœurs qu’il enregistre en direct sur une boucle.

Partager ce billet

Un citoyen ordinaire à la rencontre des personnes cabossées par la vie.