Effondrement : tentative pour échapper au naufrage et se refaire une santé

Effondrement : tentative pour échapper au naufrage et se refaire une santé

Le yetiblog se proposait de décrire l’effondrement d’un vieux monde pourri. Mais que décrire quand la pourriture gangrène déjà amplement ce monde ?

Une amie m’a dit : « Sur ton blog, il n’y en a plus que pour le “plein les mirettes” de ton ami Bob Solo. Et toi ? » Ben moi, je ne sais plus trop…

Voulez-vous vraiment que j’écrive encore sur les dernières frasques du cretinus horribilix [photo], ce marmot infantile sorti du chapeau d’une élite décadente, insultant une énième fois, cette fois depuis le Danemark, le peuple immature de « Gaulois réfractaires au changement » qui l’a élu (après avoir promu – fallait déjà quand même le faire ! – une petite frappe abjecte, Sarkozy, et un crétin des profondeurs, Hollande) ?

Voulez-vous que je glose à n’en plus finir sur les dernières insondables saillies du couple Aurore Bergé (« les Français sont schizophréniques, les retraités peuvent faire un effort ») et Benjamin Griveaux (« les Gaulois réfractaires, ce sont les partis politiques, pas les Français »), une insulte à eux deux pour l’intelligence du genre humain ?

Voulez-vous que je m’étende sur la dernière petite saloperie minable commise dans le dos par cette bande de salopards : le hold-up caractérisé, comme dans un moulin, d’« éléments sensibles » liés au dossier Lactalis dans les bureaux mêmes de la répression des fraudes, à propos de l’empoisonnement à la salmonellose de 37 bébés par un produit toxique produit par cette usine de merde ?

J’en passe et des plus glauques…

Non, là trop c’est trop, ma patience a rompu ses amarres. Je reste sans mot devant ce désastre et cherche de nouveaux angles d’attaque pour échapper au dégoût et reprendre mon souffle. Au secours, Bob Solo, ramène-moi devant ton lever du soleil de Mézenc, depuis la Croix des Boutières, avec vue panoramique sur les monts d’Ardèche et les Alpes au loin…

Partager ce billet

Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation, mais qui n'attend pas "le monde d'après" pour commencer à vivre.