Effondrement : quand un joueur invétéré parie sur sa propre mort

Effondrement : quand un joueur invétéré parie sur sa propre mort

Le problème de la dépendance au jeu est comme celui de la drogue : vous tueriez père et mère, et même vous, pour avoir votre dose. Le pari du hedge fund américain Bridgewater Associates sur un effondrement financier imminent en Europe est du même ordre de folie.

21,6 milliards de dollars, c’est la somme que Ray Dialo [photo], fondateur, co-responsable des placements et coprésident de Bridgewater Associates, vient de miser sur un effondrement des places financières européennes dans les 12 à 18 prochains mois.

Ses principales cibles : des entreprises européennes comme la française Total, l’anglo-néerlandaise Unilever, les allemandes Allianz, Deutsche Bank ou Siemens, la banque italienne Intesa. Celles-ci viennent de faire l’objet d’importantes “ventes à découvert” [opération consistant à vendre des actions à terme au moment où elles sont à leur sommet pour les racheter une fois qu’elles sont à un plus bas, ndlr].

Derrière le marché européen, c’est le marché américain qui est en ligne de mire

En face, la perplexité est perceptible. L’inquiétude aussi, même si les “spécialistes” de service mettent en avant la bonne tenue de l’économie européenne pour tenter de conjurer ce mauvais sort.

Mais cette embellie, loin d’être confirmée pour le long terme, tient surtout aux énormes facilitées financières (80 milliards d’euros par mois) accordées aux banques privées par la BCE. Et les perspectives d’un ralentissement, sinon d’un arrêt inévitable de ces “assouplissements quantitatifs”, fait réagir les vautours accros à leur drogue.

D’autant que les “quantitative easing” (autre appellation des “assouplissements quantitatifs”) ont déjà pratiquement pris fin sur le marché américain. Certaines mauvaises langues insinuent même que si Ray Dialo mise contre les entreprises européennes, c’est d’abord pour leur dépendance vis-à-vis d’un marché américain perclus de dettes à n’en plus finir.

Déjà les premiers signes de craquements boursiers se sont fait entendre dès début février. Et ce vendredi 2 mars, une nouvelle secousse inquiétante s’est faite sentir : CAC 40 : -2,39%, les autres à l’avenant. Le joueur fou Ray Dialo va-t-il réussir son pari ? On finirait presque par le souhaiter.

=> Source : Reuters

Partager ce billet

Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation, mais qui n'attend pas "le monde d'après" pour commencer à vivre.