Effondrement : définir le camp de la résistance

Le point critique atteint dans l’effondrement du monde occidental permet désormais de définir à peu près clairement les différents groupes en présence. De fait, c’est très simple, il y en a trois :

  • les ennemis
  • les masses inertes
  • les résistants

Les ennemis

Les ennemis sont ceux qui, constatant l’effondrement de leur monde, tentent malgré tout d’en garder le contrôle, d’asservir un peu plus les masses inertes et d’éradiquer la résistance. Leurs armes : le contrôle de la finance, les manipulations sanitaires et politiques, la surveillance et la violence policière.

Les masses inertes

Les masses inertes sont par nature résignées, obéissantes et crédules. Elles essaient juste de donner des excuses à leur résignation, de vaquer à leurs occupations sans trop regarder autour et de se réfugier derrière “le moins pire” de leurs maîtres ou considéré comme tel. Les masses inertes ne peuvent être considérées comme des ennemies, mais elles le deviennent des facto lorsqu’elles s’avisent de vouloir faire rentrer les résistants dans leur rang pour échapper aux foudres de leurs maîtres (les ennemis des résistants).

Les résistants

Conscient de la nature perverse du monde en train de s’effondrer, de ses lois de plus en plus iniques et contraignantes, de la honte, de l’humiliation et finalement de la mort vers laquelle ce monde se dirige, le résistant opte résolument pour la clandestinité de ses propres règles.

Le résistant ne désobéit pas (réflexe infantile), il fait mieux : il n’obéit qu’à ses propres règles, jamais aux lois iniques et contraignantes que ses ennemis voudraient lui imposer. Il ne se pose pas la question de sa victoire ou de sa défaire, il ne s’abandonne pas au découragement (« ça ne sert à rien »), il va de l’avant, obstiné en son engagement, quoi qu’il lui en coûte.

Le résistant ne demande pas à ses pairs en résistance qui ils sont et d’où ils viennent. Il s’entend avec eux sur des objectifs précis, des tactiques et des stratégies de résistance contre des ennemis clairement identifiés. Tant qu’elles ne vont pas contre les objectifs et les buts de la résistance, le résistant s’accommode des différences de points de vue exprimés dans le camp de la résistance.

Le but du résistant n’est pas de composer avec l’ennemi, mais de le réduire et de l’éliminer pour entamer la construction d’une nouvelle civilisation conforme à la morale. La résistance est à la fois radicale, déterminée et tranquille en sa détermination.

A propos de Pierrick Tillet 4095 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.