Dimanche : « le droit au repos dominical est le fruit d’un véritable combat »

Dimanche : « le droit au repos dominical est le fruit d’un véritable combat »

« Pour ou contre le travail du dimanche ? » Sous ce titre le débat publié par un magazine dont je pensais qu’il mériterait sûrement d’être ressorti un jour.

« Il n’est pas question, pour mes collègues et moi, de généraliser l’ouverture de tous les commerces le dimanche, mais de prendre en compte la situation des magasins de bricolage en Île-de-France, menacés de fermeture en raison de procédures contentieuses.

Nous croyons que le dialogue social doit permettre d’avancer en ce sens, en cohérence avec les pratiques et les rythmes de vie en zone urbaine et périurbaine spécifiques à cette région. Il y a urgence : l’activité dominicale génère plus de 1200 emplois directs sur 7000 collaborateurs dans les magasins de bricolage franciliens.

Pour conclure : non à la généralisation du travail dominical ; oui au maintien de l’ouverture des magasins de bricolage, à l’instar de ce qui se passe pour le jardinage ou l’ameublement.

Oui à une négociation qui limite cette possibilité à l’Île-de-France. Oui à l’harmonisation des compensations dont bénéficier les salariés volontaires. »

Je te laisse deviner la couleur politique du député qui nous pondu en 2013 ce texte pour le travail dominical. Comme avec le député suivant, je ne fais pas une citation – on pourrait questionner mon talent pour les ciseaux – mais te donne son texte complet.

On sait maintenant que le travail dominical ne s’est arrêté, ni à la région parisienne, ni au commerce de bricolage. On connait aussi les résultats économiques désastreux de l’ouverture des magasins le dimanche.

Voici maintenant le texte du député qui se prononçait contre le travail dominical. Comme pour le premier député je te laisse deviner sa couleur politique.

« Le droit au repos dominical est le fruit d’un véritable combat qui a abouti à son instauration dans la loi en 1908. Ceux qui l’ont obtenu l’ont fait au nom des droits des familles, des voisins, des amis à se retrouver ensemble pour partager un temps sans travail.

Défendre le repos dominical, c’est défendre la vie de famille et associative, le vivre ensemble, en relation avec les autres, ceux dont on partage les goûts, les passions. Si le travail est essentiel dans la vie de chacun, il ne représente pas tout.

Le débat sur l’extension du travail dominical concerne aujourd’hui essentiellement les commerces parce que notre société marchande est polarisée sur le droit à consommer.

L’extension de l’ouverture le dimanche n’enrayera pas la chute du pouvoir d’achat. Elle réduira, en revanche, le temps que la vendeuse, mère de famille, aurait pu passer avec ses enfants. C’est une réforme inutile qui affaiblit la qualité de la vie sociale. »

Réponse au petit questionnaire. Pour faire trimer le dimanche, Olivier Faure, actuel président du groupe Nouvelle gauche à l’Assemblée nationale. Nouvelle gauche est le nom du groupe parlementaire des députés du moribond Parti socialiste. Contre le travail dominical, Marc Le Fur, député catalogué à droite depuis son entrée en politique, membre du parti Les Républicains.

À droite, le gars qui défend le droit à une vie douce non pas en égoïste mais pour tous. À gauche, le négrier borné qui ne veut pas voir la régression sociale qu’il prône. Tu as bien lu et tu n’es pas ivre de vin ou de haschich…

C’est un petit exemple qui t’explique pourquoi le mot gauche me rend narquois. Et pourquoi, quand j’entends la locution “unité de la gauche“, je m’en vais. Je n’ai plus rien à faire avec la gauche vieille ou nouvelle.

=> Source : Dossier familial, août 2013.

=> Ressource : Chaque dimanche mon copain Des pas perdus tient sa rubrique sur le travail dominical.

Photo : Rose Zehner harangue les ouvrières des usines Citroën. (Willy Ronis)

La chanson du jour c’est “Seize tonnes” par Jean Bertola. J’étais bien jeune quand Serge Kerval me l’a enseigné : seize tonnes, c’était la quantité de charbon que devait extraire chaque jour un mineur de fond. Adaptation d’une chanson américaine des années 1930.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Partager ce billet

<p>Un citoyen ordinaire à la rencontre des personnes cabossées par la vie.</p>