Étude : la dérégulation du travail entraîne la hausse du taux de pauvreté

Étude : la dérégulation du travail entraîne la hausse du taux de pauvreté

Les régimes néolibéraux justifient la dérégulation du travail par la lutte contre le chômage. Et oublient l’augmentation du taux de pauvreté qui en résulte.

À quoi rime un taux de chômage en baisse mis en avant par les défenseurs de la dérégulation du travail quand parallèlement cette dérégulation entraîne une hausse constante du taux de pauvreté.

Le taux de pauvreté, c’est le pourcentage de la population d’un pays vivant sous le seuil de pauvreté. Le calcul du seuil de pauvreté peut varier d’un pays à l’autre (les États-Unis ne se sont d’ailleurs pas privés de charcuter le leur ces dernières années), mais ce qui nous intéresse ici est l’évolution de taux de pauvreté au fil des ans.

Prenons en exemples les champions du néolibéralisme dérégulateur et regardons l’évolution du taux de pauvreté dans ces pays (source : Index Mundi) :

Tx pauvreté États-Unis

Tx pauvreté Allemagne

Tx pauvreté Royaume-Uni

Tx pauvreté Espagne

Vous remarquerez :

  • tous ces pays voient une hausse constante de leur taux de pauvreté, et ce malgré des conditions de travail de plus en plus dérégulées pour, disent-ils, améliorer la situation de leurs salariés ;
  • leur taux de pauvreté, toujours au-delà des 15% de leur population dans la dernière année de référence, est bien supérieur, souvent du double ou même du triple, à leur taux de chômage officiellement annoncé (en réalité calculé sur le seul chiffre des demandeurs d’emploi officiellement reconnus comme tels) ; c’est vous dire la valeur de rétribution du travail pour nombre de “non chômeurs”.

À l’inverse, les pays ayant peu ou prou gardés un niveau assez élevé de protection sociale ont un taux de pauvreté bien inférieur à celui des champions de la dérégulation. Exemple : la France où le taux de pauvreté, malgré une lente érosion sous les quinquennats Chirac, Sarkozy, Hollande, était encore inférieur à 8% en 2011.

Tx pauvreté France

Je vous laisse imaginer à quoi va ressembler cette courbe de la honte après le charcutage du Code du travail par le régime Macron… si les citoyens Français ne réagissent pas à temps.

Partager ce billet

<p>Un “voyageur à domicile” en quête du monde d’après.</p>