Démocratie kleenex : la “justice” brésilienne jette Lula en prison

Démocratie kleenex : la “justice” brésilienne jette Lula en prison

Ce qui vient d’arriver à Lula au Brésil confirme que l’oligarchie de l’empire occidental n’a nulle intention de respecter les résultats démocratiques contraires à ses intérêts.

Lula, ex-président de gauche du Brésil, était largement favori de la prochaine présidentielle. Allez hop, en prison comme un malpropre sous un fumeux prétexte de corruption ! De même que Dilma Roussef, écartée par une bande de notables, vraiment corrompus jusqu’à l’os, ceux-là.

Faut-il vous rappeler comment ils ont piétiné les résultats des référendums sur le projet de constitution européenne en 2005 ? Comment ils viennent même, aux Pays-Bas, de supprimer le référendum ? Faut-il vous dire la façon dont ils traitent les démocraties vénézuélienne, bolivienne, dont ils nient la démocratie cubaine (car oui, il y a bien des élections démocratiques à Cuba) ? Souvenez-vous dans quelles conditions déplorables s’est déroulée la dernière présidentielle française, avec des médias mainstream faisant le forcing pour imposer leur candidat, pourrissant le temps de paroles de ses concurrents en les attirant dans des émissions traquenards.

Jamais des urnes ne suffiront à accoucher d’un monde nouveau

Je ne vous raconte même pas les péripéties grotesques qui ont conduit à l’arrestation de Lula malgré les tentatives de protection de ses partisans [photo ci-dessus]. Ceux qui veulent savoir savent déjà. Les autres continueront de faire les autruches et de voter pour le candidat qu’on leur désignera en hurlant à tout hasard au danger FN pour se donner bonne conscience.

La vérité est que la démocratie représentative dont ils nous rebattent les oreilles n’est qu’un leurre pour gogos qui ne consacre que les médiocrités majoritaires pour peu que celles-ci se montrent suffisamment serviles. Sinon zou, à la poubelle, en prison ! Car non, au grand jamais, ils n’ont l’intention de respecter un résultat populaire qui contrarierait leurs intérêts.

Le peuple finirait-il par se rebiffer et voter subversif qu’ils lui pourriraient immédiatement l’élection, feraient tout pour corrompre les élus indésirés. Une chose est sûre : jamais des urnes ne suffiront à accoucher d’un monde nouveau.

Partisans de Lula après son incarcération.

Partager ce billet

Un "voyageur à domicile" en quête du monde d'après.