Concorde citoyenne : le programme politique le plus satisfaisant du moment

Coupons court aux vaines illusions. Fabrice Grimal, le candidat de la Concorde citoyenne, n’a aucune chance de gagner la prochaine présidentielle, encore moins d’appliquer son programme dans le cadre de la 5ème République. Pour deux raisons (qui n’ont rien à voir avec les qualités du candidat et de son équipe) :

  • la présidentielle 2022 (comme d’ailleurs les éditions précédentes) n’a plus rien à voir avec la démocratie, mais avec sa parodie sous influence de la caste mafieuse au pouvoir ;
  • la caste mafieuse au pouvoir n’a nulle intention de s’en laisser déposséder, fusse par une élection.

Reste que le “programme des programmes” présenté par la Concorde citoyenne me paraît, et de loin, le plus satisfaisant de tous à l’heure qu’il est. Voyons ce qui en fait la force, c’est-dire l’originalité, mais aussi les faiblesses.

Les forces du programme de la Concorde citoyenne

Pour commencer, le projet de la Concorde citoyenne contient les trois préalables indispensables sans lesquels aucun programme politique à vocation sociale n’est envisageable :

  • reconstruction de l’indépendance nationale (sortie de l’Otan et des traités de libre-échange néolibéraux) dans un cadre démocratique rétabli (contrôle citoyen à travers le RIC) ;
  • restauration de l’indépendance monétaire du pays (sortie de l’euro, création d’une monnaie nationale) ;
  • réhabilitation des services publics à tous les niveaux (santé, transport routier et ferroviaire…).

Les faiblesses

  • la quête impossible du plein emploi : encore une fois le retour à un plein-emploi disparu depuis plus de 40 ans est un mythe (le bénéfice des emplois positifs à créer étant largement contrebalancé par tous les emplois négatifs, destructeurs, inutiles, à supprimer) ; pour compenser le solde négatif en matière d’emploi, reste la création d’un véritable revenu d’existence (dans mon programme politique datant de 2009, j’avais suggéré l’idée d’un revenu d’existence évolutif pour tous) ;
  • la redistibution des richesses par la fiscalité est une illusion en ceci qu’on ne corrige jamais après coup un fait accompli (l’inégalité des revenus), mais en agissant en amont pour l’en empêcher (échelle des revenus) ;
  • le côté déplacé de certains objectifs répressifs démagogiques : avant d’en appeler à « la reprise en main des quartiers livrés à la délinquance », pour ne citer que cet exemple, on commence d’abord par proposer un deal aux habitants de ces quartiers en leur offrant les moyens de retrouver des conditions de vie dignes en échange d’un retour à l’ordre public. La répression ne peut être un objectif politique.

Un programme pour prendre date

Ces quelques remarques critiques n’enlèvent rien à la qualité et à la cohérence de l’ensemble. Reste qu’une question vient à l’esprit : pourquoi promouvoir un programme dont il est dit que le représentant n’a aucune chance de pouvoir le défendre à l’issue de la présidentielle 2022 ?

Eh bien pour prendre date ! Car il est clair que si le processus électoral démocratique est aujourd’hui sous séquestre de la caste mafieuse, cette dernière est en pleine période de dislocation, en train de perdre pied dans tous ses domaines d’intervention : économique, sanitaire, écologique… Ne lui reste plus guère que l’autoritarisme policier et judiciaire, ultimes verrous pathétiques des systèmes ou régimes en perdition.

En ce sens, avoir un programme politique appréciable sous le coude est chose plutôt positive pour les forces populaires actives qui participeront à cette… révolution.

A propos de Pierrick Tillet 4100 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.