Civilisation : la grande erreur du yetiblog

Le lancement du yetiblog en novembre 2005 avait un double objectif : décrire l’effondrement inéluctable d’un système en fin de vie et partir en quête d’une nouvelle civilisation. Le premier objectif est atteint. Mais nous sommes bien loin de voir émerger le nouveau monde auquel certains d’entre nous aspirent.

Lorsque je me penche sur le chemin parcouru durant ces plus de 16 années de chroniques, je m’aperçois que j’ai commis une erreur fondamentale. Une seule, mais répétée à l’envi, presque avec l’énergie du désespoir : je croyais, je voulais désespérément croire, à une réaction populaire, à un sursaut citoyen face à l’effondrement en cours. Ne serait-ce que de la part d’une minorité agissante. Chaque mouvement de protestation m’apparaissait comme une planche de salut à laquelle je m’accrochais comme un éperdu. À chaque élection, je finissais par me rallier à un mouvement ou à une organisation que je m’efforçais de trouver un peu présentable.

La prochaine civilisation naîtra dans la douleur

Mais il ne s’est rien passé, sinon une lente et douloureuse poursuite de la chute. Pas de sursaut, pas de révolution, pas de nouvelle civilisation. La minorité agissante est réduite à peau de chagrin. Nos dirigeants sont tels des automates détraqués relevant de la psychiatrie et nous-mêmes, citoyens sonnés par ces deux dernières années de convulsions à prétexte sanitaire, errons comme des âmes en peine résignées, pas plus en état de redresser notre monde éclopé que nos dirigeants détraqués de redresser une économie, de gérer une crise sanitaire ou de mettre un terme à un conflit géopolitique.

On parle beaucoup d’élections en ce moment. Mais la présidentielle 2022, inscrite dans le cadre d’une 5ème République moribonde et d’une démocratie dévoyée, ne peut rien apporter de bon, quel qu’en soit le résultat. Juste prolonger ce système, prolonger notre déchéance. On peut affecter d’y croire – l’énergie du désespoir – mais c’est mort.

La nature a horreur du vide. Une nouvelle civilisation naîtra sur les cendres de la nôtre. Mais celle-ci ne viendra pas de la volonté des hommes. Elle naîtra de leurs douleurs et de leur incapacité à les supporter plus avant.

A propos de Pierrick Tillet 4095 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.