Le Grand jeu : Goldfinger versus Pétrodollar

Goldfinger_petrodollar_1.jpg

Lorsqu’en 2012-2013, les États-Unis édictèrent une série de sanctions contre la banque centrale iranienne à propos du supposé programme nucléaire, Téhéran contourna le piège en recourant à l’or. L’Inde, qui achetait du pétrole iranien et ne pouvait le payer en dollars, passa par l’intermédiaire de la Turquie, principal marché de l’or au Moyen-Orient : Ankara recevait les paiements en monnaie fiduciaire et transférait le précieux métal jaune à Téhéran.

Ces néo « résistants » post-23 avril qui volent au secours des étrangers isolés et des basanés

Juifs2017.jpg

Marie-Laure Malric signe ici un billet acide acerbe au sujet des nouveaux résistants outragés. Outragés depuis le 23 avril à vingt heures précises, quand ils se sont mis à appeler au vote anti-FN au nom de la défense des étrangers et des basanés… après les avoir privés de papiers, enfermés dans des centres de rétention, expulsés, après avoir détruit leurs campements de fortune, interdit de les nourrir, puni ceux qui les aidaient…

Le Grand jeu : Taliban, saison 16

Taliban_s16e1.jpg

Et c’est reparti… Le mouvement taleb a annoncé vendredi le début de sa traditionnelle offensive de printemps, comme chaque année depuis qu’il a perdu le pouvoir en 2001 suite à l’intervention américaine. En Afghanistan, comme au glorieux temps de Louis XIV, on ne se bat qu’à la belle saison, les cols et routes étant bloqués par la neige de décembre à avril.

Le Grand jeu : Sultanpête dans un verre d’arak

Sultanpete_1.jpg

Décidément, le sultan ne peut tenir en place. Il est vrai que les continuelles claques géostratégiques reçues ces dernières années (Syrie, Kurdes, Europe) n’ont pas d’effet apaisant sur un caractère comme le sien, qui de surcroît dépend entièrement de sa popularité intérieure. Or, avec la crise financière et les impasses extérieures, celle-ci commence à sérieusement tanguer.

Le Grand jeu : les barbus perdent leurs poils

Barbus_1.jpg

Ça va mal pour les modérément modérés et ce n’est pas cette jolie combattante loyaliste qui dira le contraire… L’armée syrienne est à l’offensive en deux points cruciaux et nous nous trouvons peut-être à une étape importante du conflit. Si elle réussit à gagner ces deux batailles et à avancer résolument, la guerre en sera raccourcie d’autant.