Puerta del sol : le manifeste des « gens ordinaires »

Alors, ce mouvement de la Puerta del Sol ? Révolutionnaire ? Social-démocrate ? Le mieux n’est-il pas de laisser la parole aux intéressés et de les écouter ? Voici le manifeste qu’ils ont rendu public, traduit par mon ami Jean-Paul Brodier, et initialement publié sur l’excellent blog de Fabrice Nicolino, Planète sans visa.

Protectionnisme, rôle des élites : réponse à Emmanuel Todd

Emmanuel ToddOn l’entend beaucoup, en ce moment, Emmanuel Todd. Ce n’est pas moi qui m’en plaindrai, tant je trouve qu’il fait partie, dans les instants dramatiques que nous traversons, de ces intellectuels rares et salutaires pour comprendre et affronter notre Grande Crise existentielle.

« Le capitalisme à l’agonie » : un diagnostic sans appel de Paul Jorion

"Le capitalisme à l'agonie" par Paul Jorion« Le livre, c’est vous qui l’avez écrit avec moi. J’avais quelques idées, je les ai mises sur mon blog. Par l’échange, on est arrivé à construire une œuvre collective. » (Paul Jorion)

Au-delà de cet hommage de Paul Jorion à ses lecteurs et à « l’inventivité numérique », le livre en question, « Le capitalisme à l’agonie » (Fayard, 20 euros) a suscité dès sa parution, chez les thuriféraires du système moribond, quelques répliques lapidaires, sans nuances, et encore moins argumentées.

Detroit ou les vestiges du rêve américain

Michigan Central Station

Cette photo d’une Michigan Central Station à l’abandon (voir ci-dessus) est extraite d’une époustouflante série prise par les photographes français Yves Marchand et Romain Meffre dans la ville de Detroit pétrifiée par la Grande Crise, publiée dans un recueil intitulé « Detroit vestiges du rêve américain » (éditions Steidl, décembre 2010).

Apéros géants (suite) : la paroles au peuple-jeunes

((/public/Pave_Facebook.3.jpg|Pavé2|L|Pavé2))Bon, puisqu’il est beaucoup question de toi, peuple-jeunes, pourquoi ne pas te laisser la parole ? Voici deux commentaires recueillis à la suite de mon [billet précédent|/index.php?post/APEROS-GEANTS], l’un de Raphaëlle (posté sur ce site), l’autre de VinceDeg (posté sur [Rue89|http://www.rue89.com/yeti-voyageur/2010/05/16/aperos-geants-comme-un-air-troublant-davant-mai-68-151432]). Je sers une tournée générale aux auteurs et à tous les heureux lecteurs.

DU REFUS D’ABANDONNER, SELON HOWARD ZINN

Juste avant de disparaître, l’historien américain Howard Zinn aura livré un ultime petit recueil sulfureux, d’une piquante actualité : ”La Mentalité américaine” (Lux éditeur 2009, traduction Nicolas Calvé, 8 euros). Malgré son titre un peu restrictif, cet opus offre trois textes qui dépassent largement les frontières américaines. Et touchent au cœur de notre Hexagone malade. Avec un prolongement final sans doute prémonitoire.

« IL EST INDISPENSABLE DE RÉTABLIR UNE LÉGITIME PROTECTION »

[Maurice Allais|http://fr.wikipedia.org/wiki/Maurice_Allais], unique prix Nobel d’économie français (1988), mais bien méconnu en son pays, vient d’accorder une rare interview à l’hebdomadaire Marianne, ”<< Contre les tabous indiscutés >>”, reprise en boucle [sur le web|http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2956], beaucoup moins par les médias du cénacle. Il faut dire que pour faire face à la crise, notre illustre inconnu y préconise le rétablissement de barrières protectionnistes ”<< indispensables >>”.

NOUS NE DIRONS PLUS RIEN

”Ci-après, in extenso, [la tribune|http://www.lemonde.fr/opinions/article/2009/03/16/tarnac-face-a-un-pouvoir-toujours-plus-absurde-nous-ne-dirons-plus-rien_1168489_3232.html] signée dans le Monde daté du 16 mars par Aria, Benjamin, Bertrand, Elsa, Gabrielle, Manon, Matthieu et Yldune, toutes et tous compagnons d’infortune de Julien Coupat, encore emprisonné par des imbéciles. Et tous mis en examen avec lui dans l’affaire dite “de Tarnac”. À diffuser sans aucune modération.”

LES CHIENS À L’ÉCOLE

((/public/chiens_ecoles.jpg|chiens_ecoles.jpg|L))”Voici, brut de décoffrage, sur le thème de l’ignominie ordinaire, le témoignage d’un parent d’élève que mon ami Jean-Luc, du blog [Kinoks|http://kinoks.org], m’a fait parvenir. Ces faits, s’ils sont vérifiés (et il n’y a pour l’heure aucune raison d’en douter ; cf. ci-dessous les liens vers deux articles de la Dépêche du Midi qui les corroborent) devraient être impérativement répercutés sur le maximum de sites et de blogs.” Mais voilà que ce week-end, j’accueille ma fille Zoé — elle a 13 ans — de retour du collège de Marciac (Gers). Elle me raconte son mercredi au collège… Colère à l’intérieur de moi… révolte… que faire ? J’ai demandé à Zoé d’écrire ce qu’elle me disait là. Elle a accepté. Voici donc son témoignage, avec ses mots à elle :

Feuilleton de l’été : VIVRE MALGRÉ TOUT (6)

((/images/inconscient.jpg|inconscient|L)) ///html

Épisode 6 : L’inconscience

—–

/// « L’inconscient constitue un instrument redoutable. Non pas tellement pour son contenu refoulé, refoulé parce que trop douloureux à exprimer car il serait puni par le socioculturel. Mais par tout ce qui est au contraire autorisé. Et quelquefois même récompensé par cette socioculture. Et qui a été placé dans son cerveau depuis sa naissance. L’homme n’a pas conscience que c’est là. »

Feuilleton de l’été : VIVRE MALGRÉ TOUT (5)

((/images/bagarre.jpg|bagarre|L)) ///html

Épisode 5 : Inhibition de l’action

—–

/// ”(Retour dans la cage au rat ; troisième cas de figure…)” « Dans cette troisième situation, le rat ne peut toujours pas fuir. Et va donc continuer à recevoir toutes les punitions. Mais il sera en face d’un autre rat qui lui servira d’adversaire. Et dans ce cas, il va lutter. Cette lutte est absolument inefficace. Elle ne lui permet pas d’éviter la punition. Mais il agit. Un système nerveux, ça ne sert qu’à agir.»

Feuilleton de l’été : VIVRE MALGRÉ TOUT (4)

((/images/Conditionnement.jpg|conditionnement|L)) ///html

Épisode 4 : Le mur du langage

—–

/// « Nous avons dit déjà que nous n’étions que les autres. L’individu ne peut plus maintenant et depuis déjà longtemps assurer sa survie seul. Il a besoin des autres pour vivre. Il ne sait pas tout faire. Il n’est pas poly-technicien. » « Dès son plus jeune âge, la survie du groupe est liée à l’apprentissage chez le petit de l’homme de ce qui est nécessaire pour vivre heureux en société. On lui apprend à ne pas faire caca dans sa culotte, à faire pipi dans son pot. »

Feuilleton de l’été : VIVRE MALGRÉ TOUT (3)

((/images/rat.jpg|Le rat|L)) ///html

Épisode 3 : Punition

—–

/// ”(Expérience : un rat dans une cage comportant deux compartiments. Entre ces deux compartiments, une cloison et une petite porte. Le plancher grillagé de chacun de ces deux compartiments est relié à une petite source électrique.)” « Le plancher du compartiment où se trouve le rat est électrifié intermitemment. Avant que le courant électrique passe dans le grillage du plancher, un signal sonore prévient l’animal qui se trouve dans la cage que quatre secondes après, le courant va passer. »

Feuilleton de l’été : VIVRE MALGRÉ TOUT (2)

((/images/petit chien.jpg|le petit chien|L)) ///html

Épisode 2 : Les autres

—–

/// « J’ai parlé de la mémoire. Mais ce qu’il faut savoir, c’est qu’au début de l’existence, le cerveau est encore, nous disons, immature. Donc, dans les deux ou trois premières années de la vie d’un homme, l’expérience qu’il aura du milieu qui l’entoure sera indélébile et constituera quelque chose de considérable pour l’évolution de son comportement dans toute son existence. »