Grand Corps Malade, mon ami châtaigne, mon copain funambule

Grand Corps Malade, funambuleAh, celui-là, je l’aime, je l’aime absolument. À chaque fois que je l’entends, il me surprend et me bouleverse. Je vous écris ce billet en écoutant son dernier album en boucle, “Funambule”. Lui, le funambule à béquille, c’est Grand Corps Malade.

Ne comptez pas sur moi pour affecter ici une quelconque distance critique. Distinguer le mieux de l’aléatoire, le sublime du plus moyen. Grand Corps Malade est au-dessus de ça. Chez lui, y a rien à jeter, tout est à prendre en l’état. Sans mégoter sur le trop maigre ou sur le gras.

Avec ses mots entiers, sa façon de jouer en funambule lumineux sur le fil de chacun d’eux. De parler si simple que ses mots appartiennent aussitôt à ceux qui les écoutent. Tous ses mots sont pour ses proches. D’ailleurs, tiens, les citations que je lui pique, je ne les mets même pas entre guillemets.

“Sauvons-nous de nos sauveurs” : claque balkanique à l’Union européenne

Sauvons-nous de nos sauveursÇa commence par une préface incendiaire du Grec Aléxis Tsípras (Syriza) fulminant contre << les talibans du néolibéralisme >> qui, au nom de l’Union européenne, sont en train de dépecer son pays.

Et ça ne s’arrange pas du tout pour l’UE dans toute la suite de ce nouvel ouvrage, “Sauvons-nous de nos sauveurs” (éditions Lignes, collection Post-), écrit par les philosophes croate et slovène, Srećko Horvat et Slavoj Žižek.

Leur texte brille par sa clarté et sa familiarité avec nos préoccupations à nous, Français, surtout à la veille d’élections européennes qui sentent déjà leur faisandé.

Syrie : le suicide moral des socialistes français selon Chokri Ben Fradj

Chokri Ben FradjAnalyse impitoyable du comportement des socialistes français dans l’affaire syrienne par l’historien tunisien Chokri Ben Fradj sur le site Les-Crises.fr. Enfin “socialistes”, c’est vite dit, écrit-il en substance, puisque les héritiers de Jaurès ont depuis longtemps troqué ce terme par << un sentimentalisme moralisateur et béat >> et un alignement total sur les thèses du camp néolibéral.

Robert Fisk : Obama sait-il qu’il se bat au côté d’Al-Qaïda ?

J’y vais ou j’y vais pas ? Comme si la valse-hésitation pantalonnesque des forces de l’Otan quant à une frappe “punitive” sur le régime syrien ne suffisait pas, voilà que Robert Fisk, envoyé spécial de The Independent, rajoute de l’huile sur les plaies. S’attaquer au régime syrien, affirme-t-il, c’est lutter au côté d’Al-Qaïda. “Tous pour un, un pour tous !”

Services publics : « Fermez tout, ils sont nuls ! »

La fermeture brutale de ERT, le service public grec de radio et de télévision, a entraîné de drôles de réactions sur les forums. En gros, bon débarras, ils étaient nuls, les Grecs vont enfin pouvoir se nettoyer la tête et réfléchir dans leurs coins. Luigi, un commentateur fidèle de mon blog, abonde dans ce sens. À sa façon…

Olivier Berruyer annonce « la fin d’un monde »

Il y en a qui parlent d’<< agonie du capitalisme >> (Paul Jorion). D’autres de << Grande perdition >> (François Leclerc, moi-même). Olivier Berruyer, actuaire et responsable du blog les-crises.fr, préfère l’expression équivalente : << la fin d’un monde >>.

Voyez et écoutez jusqu’au bout la démonstration magistrale qu’il vient de donner sur Avant-garde économique (site indispensable)…

“L’Étrange capitulation” de François Hollande selon Laurent Mauduit

etrange-capitulation-mauduit.jpgTrès bon, très décapant livre-bilan d’un an de hollandisme par Laurent Mauduit de Mediapart : “L’Étrange capitulation” (éditions Jean-Claude Gawsewitch, 20,90 euros). Où l’auteur rapproche les capitulations en séries de l’équipe Hollande, avec “L’Étrange défaite” française de juin 40, sur fond de délitement moral des élites, racontée en son temps par l’historien Marc Bloch.

Même plus de précautions d’usage, de période transitoire pendant laquelle le nouveau pouvoir cherche à donner un petit vernis de changement à ses électeurs. Comme Mitterrand entre 1981 et 1983, ou Jospin en 1997 lors de sa nomination comme Premier ministre. D’entrée, la capitulation sans conditions et sans gloire.

En remontant la Marne avec Jean-Paul Kauffmann

Remonter_la_Marne.jpgQuand votre tête déborde, que vos nerfs courent au court-circuit — et c’est peu de dire que les motifs de pétage de plomb fleurissent en ce moment dans ce pays déglingué — le mieux est de prendre ses cliques et ses claques et de sortir marcher un coup. C’est ce que je fais chaque soir en remontant la Marne avec Jean-Paul Kauffmann.

À raison de deux chapitres pas plus à la fois. Histoire de faire durer l’aventure. Et, même prise à rebrousse-courant, de se mettre au rythme de cette rivière nonchalante et si chargée de notre histoire, précisément. “Remonter la Marne”, éditions Fayard, 19,50 euros.

La course du Ironman

Un jour, le fils dit : << Papa, tu veux bien courir le marathon avec moi ? >>
Le père dit : << Oui, mon fils. >>
Et ils coururent leur premier marathon. Puis un autre…
Un autre jour, le fils demanda : << Papa, tu veux bien courir le Ironman avec moi ? >>
(Le Ironman est le triathlon le plus difficile qui soit : 4 km de natation, 180 km de vélo, 42 km de course à pied.)
Le père : << Oui, mon fils. >>
Et ils coururent…

Le politique comme dernière dimension de la crise, selon François Leclerc

la_crise_n__est_pas_une_fatalite_2.jpg

<< Nous entrons dans la dernière dimension >>, titre François Leclerc, chroniqueur sur le blog de Paul Jorion, dans sa lumineuse “actualité de la crise”. Et cette ultime épisode de la chute, après l’implosion financière, la dilution de l’économie réelle et la désintégration sociale, sera politique.

L’indispensable art du bien-vivre ensemble selon Michel Rocard

Époustouflante leçon de macroéconomie par Michel Rocard devant 500 professionnels de la plateforme immobilière Cerenicimo (source : La Tribune). Pas la peine de s’exciter, a-t-il dit en substance à son assistance médusée, il n’y aura ni reprise de la croissance en 2013, ni de sitôt une quelconque sortie de crise.

« Fin de mi-temps pour le soldat Billy Lynn »

Billy_Lynn.jpgLe soldat Billy Lynn, dix-neuf ans, étourdit son bourdon dans la fumette et l’alcool. La << Tournée de la victoire >> organisée  au pays natal pour ranimer la flamme patriotique, ce projet de film hollywoodien où son personnage doit être interprété… par une actrice, tout ça commence à lui courir sérieusement le chou.

Sa préoccupation à lui est plus prosaïque : va-t-il oui ou non, au bout du compte, être renvoyé dans le merdier irakien ? Voilà résumé à grands traits le sujet du dernier roman de Ben Fountain,  << Fin de mi-temps pour le soldat Billy Lynn >> (Albin Michel, 22 euros).

Les cinq principes de la propagande de guerre, selon Michel Collon

Michel Collon, vous connaissez ? Belge, écrivain et journaliste indépendant, il livre sur son site Investig’Action des analyses au scalpel du monde dans lequel nous vivons. Sa dernière contribution m’a valu moult recommandations. Michel Collon y invite à détecter les “médiamensonges” sur la guerre que mène la France au Mali.

Cadeau de Noël : “Danzon n° 2”, dirigé par Gustavo Dudamel

Gustavo_Dudamel.png

Regardez bien la vidéo qui va boucler ce court billet en guise de cadeau de Noël et d’étrennes réunis. C’est ma mioche de dix-huit berges qui vient de me faire découvrir ça. Regardez bien la jeunesse du chef d’orchestre, Gustavo Dudamel (né en 1981).