Cérémonie d’ouverture de la Coupe du monde : la protestation silencieuse du petit Indien

Ils étaient trois mômes à symboliser l’ouverture (dans tous les sens du terme) de la Coupe du monde : un petit Blanc, une petite Noire et un petit Indien. Trois gamins invités sur le stade de Sao Paulo pour y libérer une colombe de la paix sous les applaudissements nourris du public et des joueurs à quelques secondes du coup d’envoi du premier match de la compétition. C’est alors que le petit Indien, 13 ans, a sorti et brandi une petite banderole rouge…

Réforme des régions : la globalisation à l’échelle des clochers

Le cul-de-sac de la mondialisation planétaire ne leur suffisait pas. La globalisation, à l’échelle de l’Europe par exemple, n’avait pas assez montré ses limites. Voilà qu’en essayant de réduire le nombre de ses régions de 22 à 14, le président d’une république nationale étend cette globalisation à l’échelle des clochers de son pays. Au nom, bien sûr, de la “modernité”. Suicide assuré.

France : combler le vide de la représentation politique ou s’abandonner au chaos

Décidément, l’onde de choc déclenchée par ces dernières européennes n’a pas fini de secouer le pays. Et est en train de le conduire direct au chaos politique. En attendant, la gueule de bois est sévère et chacun contemple l’étendue du désastre, ahuri.

Européennes : l’UE délégitimée, l’élite politique discréditée, la démocratie humiliée

La claque ! On avait beau l’attendre, elle est cinglante. C’est une Union européenne délégitimée, des élites politiques discréditées, une démocratie humiliée qui sortent en loques des urnes. Abstention toujours record quoiqu’en mégotent les médias mainstream. Montée des “euroscepticismes”, hélas plutôt d’extrême droite que de gauche. Portion archi-congrue pour les eurolâtres confits, surtout socialistes.

Européennes : et si les présents avaient tort ?

<< Les absents ont toujours tort >>, argumente Jacques Sapir dans un dernier plaidoyer appelant chacun à voter le 25 mai pour les prochaines européennes. Sans d’ailleurs s’aventurer à dire pour qui, ni être ne mesure de justifier autrement son choix. Mais si, cette fois, c’était les présents qui avaient tort ?

Référendums en Ukraine : une expression démocratique imparfaite mais réelle

donezk2.jpg
11 mai : des citoyens font la queue pour voter à Donetsk (Reuters)

Qu’on le veuille ou non, les référendums organisés dans l’est ukrainien ont eu lieu. Que la presse mainstream occidentale essaie de montrer de ci de là quelques photos d’hommes en armes (si possible cagoulés) n’enlève rien au fait que ces scrutins se sont plutôt bien déroulés. Qu’ils soient vérifiables ou non par les observateurs occidentaux qui les condamnaient par avance, les résultats sont là.

Ukraine : l’Otan conduit sciemment le monde à la guerre

Avions_deployes_par_l__Otan.jpg
Avions récemment déployés par l’Otan autour des frontières russes

Il y a un moment, faut arrêter et appeler un chat, un chat : avec l’affaire ukrainienne, l’Otan, bras armé d’un système de domination économique et financière en pleine déconfiture, conduit le monde à la guerre en soutenant les agissements d’un pouvoir putschiste clairement fasciste.

41 députés socialistes abstentionnistes font passer le plan d’austérité Valls

J’en étais sûr qu’ils se dégonfleraient ! J’en étais sûr ! Ils partirent une centaine et arrivèrent… à trois ! Trois malheureux députés socialistes réfractaires à voter contre le plan de stabilité imposé par la Troïka au ministre Valls. Et 41 faux-culs piteux à s’abstenir… en sachant pertinemment que leur abstention ferait passer le projet !

Agonie du capitalisme : les douze salopardes de l’effondrement d’un empire

<< Ouais, ouais, ça fait des années maintenant qu’on nous dit que le capitalisme est à l’agonie. En attendant, il est toujours là ! >>

J’invite les commentateurs pressés à œillères, pour qui ce genre de propos sert surtout d’anxiolytique pulsionnel contre un stress existentiel en période troublée, à lire ce descriptif minutieux du lent, très lent processus d’effondrement des empires.

Européennes : de l’abstention pêche-à-la-ligne au «boycott citoyen»

Le moins que l’on puisse dire est que ces prochaines européennes n’agitent pas la foule. Ni celle de plus en plus maigrelette des électeurs potentiels, ni celle des partis en lice dont le seul but semble être de fournir un poste bien juteux à leurs recalés des scrutins nationaux. Étonnez-vous après qu’une large majorité, moins silencieuse qu’il n’y paraît, s’en détournent.

Pour Lordon, sortir de l’euro c’est recouvrer le droit fondamental à la démocratie

Remarquable intervention de Frédéric Lordon sur France Inter le jeudi 17 avril à propos de l’Union européenne et de l’euro. Indispensable pour ceux qui veulent mieux peser les enjeux des prochaines européennes. Pour le chercheur du CNRS, l’enjeu d’une sortie de l’euro est ni plus ni moins que de recouvrer le droit fondamental à la démocratie.