Bob Solo, plein les mirettes : 30/06

Bob Solo, plein les mirettes : 30/06

Note du Yéti : un nouveau venu sur le yetiblog, Bob Solo et sa rubrique “Plein les mirettes”. Si le yetiblog tente de décrire la fin du triste monde d’avant et l’avènement du monde d’après, Bob Solo tient la chronique, textes, photos, du monde de tout de suite. Enfin du sien et il nous plaît bien…


30/06 ÉGRÉGORE. Énervant, frustrant, révoltant, déprimant, inquiétant et plus encore : ils sont sans doute des millions comme toi ou moi à consulter quotidiennement ce “fil d’actualité” que nous sert le réseau dit social, suite infinie de sombres nouvelles, drames divers, misères variées, injustices, catastrophes, destructions, pollutions, scandales, violences, infos anxiogènes et j’en passe, qui mettent trop souvent les nerfs en pelote, la rate au court-bouillon, la boule au ventre ou dans la gorge et le moral dans les chaussettes.

Rage, colère, impuissance, indignation, découragement, consternation, angoisse, montée d’adrénaline ou baisse de forme, voilà l’ordinaire de ce qui peut être ressenti à la lecture de tout ceci. “Des tonnes et des tonnes” de pensées, émotions, sentiments, impressions, qu’à long terme on imagine sans peine destructrices pour l’équilibre psychologique, ou en tous cas peu fertiles en termes de joie de vivre et d’espoir.

Mais que devient toute cette “négativité”, où va t-elle donc ? Évaporée dans l’air aussitôt émise, ou s’accumulant dans l’atmosphère, tel un gaz toxique, risquant au final d’empoisonner les esprits ? Se répand t-elle ? A t-elle une durée de vie ? Est-elle “active” ? Effet boomerang ? Nous retombe t-elle finalement sur la tronche, en une deuxième couche (comme si la première ne suffisait pas…). Et si c’est le cas, comment espérer sentir la rose quand on patauge dans cette merde ? Comment inverser la tendance, tout en continuant de s’informer ? Mais au fond, est-ce vraiment ça, s’informer ?

Je n’ai pas de réponse toute faite, mais il me semble important de se poser la question et d’y réfléchir sérieusement. Quant au mois de Juin, je le dis sans aucune arrière pensée politique, ça m’étonnerait qu’il passe l’été.

Partager ce billet

Autodidacte en tout, café-théâtre, chanson française (auteur-compositeur-interprète), sculpture, photo, écriture, et même agriculture, en rupture de ban avec "le système", je me cantonne désormais à produire de la pensée et de l'émotion. Je n'attends pas de jours meilleurs (ils seront pires) mais j'en fabrique comme je peux...