François Morin, “La Grande saignée”

((/public/.La_Grande_saignee_s.jpg|La_Grande_saignee.jpg|L)) François Morin est agrégé, puis docteur d’État en sciences économiques. Il est professeur émérite de sciences économiques à l’université Toulouse 1. Il a été membre du Conseil général de la Banque de France, consultant international auprès de l’Organisation des Nations unies, censeur de l’Institut régional du développement industriel, membre du Comité national des universités, administrateur d’Aérospatiale, membre du Conseil d’Analyse économique.

Le temps des “saignées”

À propos des “saignées” , lisez cet extrait de livre : > ”<< L'Espagne a ainsi dépassé la France, qui avait répudié ses dettes en huit occasions entre 1500 et 1800. Comme les rois de France avaient pris l'habitude, lors des épisodes de défaut sur la dette extérieure, de mettre à mort les grands créanciers nationaux (une forme ancienne et radicale de restructuration de la dette), le peuple avait fini par appeler ces épisodes des "saignées" . L'abbé Terray, contrôleur général des finances du royaume de France de 1768 à 1774, assurait même que "la banqueroute était nécessaire une fois tous les siècles, afin de mettre l’État au pair". >>”

Neuf pays européens sont en faillite

Mercredi 23 octobre 2013 : Eurostat publie les [chiffres de la dette publique|http://epp.eurostat.ec.europa.eu/cache/ITY_PUBLIC/2-23102013-AP/FR/2-23102013-AP-FR.PDF] du deuxième trimestre 2013. La Grèce, l’Italie, le Portugal, l’Irlande, la Belgique, Chypre, la France, l’Espagne, le Royaume-Uni sont en faillite. La dette publique de ces États atteint des sommes inimaginables.

Grèce : vers un troisième plan d’aide.

Dimanche 8 septembre 2013 : << Le Premier ministre grec, Antonis Samaras, n'a pas exclu dimanche une aide "supplémentaire" européenne et a espéré que la Grèce pourrait avoir recours aux marchés en 2014, si elle réalise les réformes réclamées par ses créanciers, UE et FMI >> ([AFP via Boursorama|http://www.boursorama.com/actualites/grece-samaras-n-exclut-pas-une-aide-supplementaire-europeenne-74414613048bc8a764937b4feb36cac3]). La dette grecque s’élève actuellement à 321 milliards d’euros et devrait atteindre 176% du Produit intérieur brut (PIB) fin 2013.

Vers les défauts de paiement

Lundi 22 juillet 2013 : Eurostat publie les [chiffres de la dette publique|http://epp.eurostat.ec.europa.eu/cache/ITY_PUBLIC/2-22072013-AP/FR/2-22072013-AP-FR.PDF] du premier trimestre 2013. La Grèce, l’Italie, le Portugal, l’Irlande, la Belgique, la France, l’Espagne, le Royaume-Uni, Chypre sont en faillite. La dette publique de ces Etats atteint des sommes inimaginables.

Les neuneus ont créé une coquille vide : le MES

Vendredi 21 juin 2013 : La zone euro renforce l’architecture de [l’union bancaire|http://www.romandie.com/news/n/La_zone_euro_renforce_l_architecture_de_l_union_bancaire18210620130156.asp]. Sur les 500 milliards d’euros du Mécanisme européen de stabilité (MES), 60 milliards d’euros seront consacrés à la recapitalisation directe des banques. Ce montant pourra être révisé par le conseil des gouverneurs du MES si cela est ”<< jugé nécessaire >>”, a précisé M. Dijsselbloem.

C’est bizarre, hein, François ?

Samedi 8 juin 2013 : Alors parfois, François Hollande semble regretter les pesanteurs de la Commission européenne et envier le Japon. ”<< Nous avons une situation différente. La France est dans la zone euro, solidaire de ses partenaires, agissant avec eux. Le Japon peut décider de sa politique monétaire en agissant seul »'', a-t-il [expliqué|http://www.lefigaro.fr/international/2013/06/07/01003-20130607ARTFIG00598--tokyo-hollande-egratignela-commission-europeenne.php].

France : la faillite des élites favorables à la construction européenne

[Chômage|http://travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/PI-Mensuelle-PEP500.pdf], catégories A, B, C, D, E : France métropolitaine : 5 413 600 demandeurs d’emploi inscrits à Pôle Emploi. Variation sur un an : + 9,6 %. France entière (y compris l’outre-mer) : 5 731 700 demandeurs d’emploi inscrits à Pôle Emploi. Variation sur un an : + 9,5 %.

Union européenne : vers la prochaine crise bancaire

Lu dans [les Échos|http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/finance-marches/actu/reuters-00520264-italie-banques-les-creances-douteuses-en-forte-hausse-en-mars-565185.php] à propos de l’Italie : > ”<< Toujours selon la banque centrale, les banques du pays ont renforcé leurs avoirs en obligations souveraines italiennes, à 363 milliards d'euros au total, contre 351,6 milliards en février. Ce montant est le plus élevé depuis 15 ans que la Banque d'Italie en compile la statistique et il représente une augmentation de près de 25% depuis mars 2012. >>” Les banques italiennes préparent l’avenir : les banques italiennes se chargent en obligations de l’État italien.