Les 17 Länder de l’Allemagne

Depuis la réunification en 1990, l’Allemagne est composée de 16 Länder :

Bade-Wurtemberg, Basse-Saxe, Bavière, Berlin, Brandebourg, Brême, Hambourg, Hesse, Mecklembourg-Poméranie-Occidentale, Rhénanie-du-Nord-Westphalie, Rhénanie-Palatinat, Sarre, Saxe, Saxe-Anhalt, Schleswig-Holstein, Thuringe.

L’hôtesse de l’air : « Notre avion a commencé sa descente, veuillez attacher vos ceintures »

((/public/.Avion_chute_m.jpg||C)) Depuis plusieurs années, l’économie mondiale était en lévitation. Depuis plusieurs années, l’économie mondiale montait haut, très haut dans le ciel, car elle reposait sur… le kérosène fourni par les banques centrales. Les banques centrales étaient devenues des distributeurs automatiques de kérosène. Mais aujourd’hui, les banques centrales arrêtent de distribuer le kérosène.

Coup d’État anti-démocratique au Royaume-Uni

Au Royaume-Uni, les LibDems sont un parti libéral, classé à droite. Les LibDems sont un parti favorable à la construction européenne. Le Parti Travailliste est un parti classé à gauche, et il est lui-aussi favorable à la construction européenne. Coup de tonnerre ! Les LibDems et le Parti Travailliste viennent de faire alliance à la Chambre des Lords pour empêcher l’organisation d’un référendum sur l’Union e[””|http://www.romandie.com/news/n/Coup_de_frein_pour_le_projet_britannique_de_referendum_sur_l_UE99250120140145.asp]uropéenne !

Mais où sont passés les 1019 Mds d’euros prêtés par la BCE aux banques privées ?

Évolution des prêts bancaires au secteur privé dans la zone Euro Évolution des prêts bancaires au secteur privé dans la zone Euro

En Europe, les prêts bancaires au secteur privé (courbe bleue) s’effondrent.

L’économie réelle n’a pas du tout profité des 1019 milliards d’euros du LTRO (prêts accordés par la BCE aux banques privées européennes pour pallier à leurs difficultés de financement).

Encore un nouveau fonds européen !

Lisez [cet article hilarant|http://www.romandie.com/news/n/Accord_majeur_des_Europeens_sur_l_union_bancaire91191220130244.asp] : > ”<< Avant de se retrouver à 28, les ministres de la seule zone euro s'étaient réunis mardi soir pour se mettre d'accord concernant le "filet de sécurité" public, ou "backstop" à mettre en place pour que le système puisse fonctionner en attendant que le fonds atteigne sa pleine capacité, qui devrait être de 55 milliards d'euros en 2026. >>”

En Europe, le système est mort

Jeudi 28 novembre 2013. À propos du [LTRO|http://fr.wikipedia.org/wiki/LTRO] (Long Term Refinancing Operation), François Leclerc [écrit|http://www.pauljorion.com/blog/?p=60182] : > ”<< Qu’elle le reconnaisse ou non, la BCE est aux taquets ou presque, n’ayant plus comme ressource que de diminuer une dernière fois son taux au jour le jour, afin qu’il soit quasiment à zéro, et de trouver une formule pour permettre aux banques qui ne peuvent pas rembourser le LTRO de le refinancer. Sur les 640 milliards d’euros encore à rembourser, environ 500 devraient l’être encore des banques espagnoles et italiennes ! >>”

Les bisounours européistes

Vendredi 8 février 2013 : les 27 chefs d’État”” et de gouvernement européens imposent UNE BAISSE de 3,5 % du budget de l’Union européenne pour la période 2014-2020. Ils imposent UNE BAISSE, alors que la Commission européenne et le Parlement européen avaient demandé une hausse du budget.

François Morin, “La Grande saignée”

((/public/.La_Grande_saignee_s.jpg|La_Grande_saignee.jpg|L)) François Morin est agrégé, puis docteur d’État en sciences économiques. Il est professeur émérite de sciences économiques à l’université Toulouse 1. Il a été membre du Conseil général de la Banque de France, consultant international auprès de l’Organisation des Nations unies, censeur de l’Institut régional du développement industriel, membre du Comité national des universités, administrateur d’Aérospatiale, membre du Conseil d’Analyse économique.

Le temps des “saignées”

À propos des “saignées” , lisez cet extrait de livre : > ”<< L'Espagne a ainsi dépassé la France, qui avait répudié ses dettes en huit occasions entre 1500 et 1800. Comme les rois de France avaient pris l'habitude, lors des épisodes de défaut sur la dette extérieure, de mettre à mort les grands créanciers nationaux (une forme ancienne et radicale de restructuration de la dette), le peuple avait fini par appeler ces épisodes des "saignées" . L'abbé Terray, contrôleur général des finances du royaume de France de 1768 à 1774, assurait même que "la banqueroute était nécessaire une fois tous les siècles, afin de mettre l’État au pair". >>”