Art & politique : Salifou Lindou (1965- )

Les Politiciens, 2021, médias mixtes sur toile, 150 x 150 cm

Salifou Lindou est né en 1965 à Foumban au Cameroun. Il vit et travaille à Douala.

Artiste engagé, il est membre fondateur du Cercle Kapsiki, un collectif de cinq plasticiens de Douala. Depuis la tendre enfance, les masques et les statues qu’il voit chez les artisans et au musée du Palais font partie de son quotidien. Très vite, il s’intéresse à la création et aujourd’hui, il est l’un des artistes camerounais reconnu sur le plan national et international.

Salifou expérimente sans cesse de nouveaux matériaux, souvent de récupération, façonne, structure et déstructure la matière. Tôle, terre,cuir, verre, acier, toile de jute, il aime poncer, effacer, voir ce qu’il y a derrière la matière. Il s’exprime par la sculpture, la peinture, l’installation, la performance ou encore l’action painting. Artiste autodidacte et multidisciplinaire, il a peu à peu abandonné les installations et collages sur toile pour se consacrer au pastel.

L’humain et ses ambivalences, ses faiblesses et ses forces, sont au cœur de son travail. Il veut souligner la vulnérabilité des êtres malgré leur intelligence et leur capacité d’adaptation. Si Salifou Lindou traite de sujets de société (l’exil, la politique…), il illustre toujours la rage de vivre et la passion, en opposition à la vulnérabilité des corps.

« Ses œuvres, dans un mélange de médium (dessin, peinture, collages, etc.) nous racontent sa complexité. Aux jeux des formes abstraites, Salifou glisse des figures complexes. Cette complexité, il est possible de la voir à travers des lignes maronnes et brunes qui s’entremêlent, s’enchevêtrent, formant des personnages atypiques sur lesquels il colle des éléments, qui deviennent des stigmates. On peut aussi voir des lignes aux allures de labyrinthes, ce labyrinthe qu’est la vie, une vie dans laquelle l’Homme qui est au centre du travail de Salifou, doit lutter, misant gagnant ou perdant, comme dans un casino. C’est autour de ce combat et de ce jeu de stratégies perpétuelles que la vie de l’être humain tourne au quotidien. Ses dessins montrent des silhouettes fortes mais fragiles en même temps, dans des univers chaotiques où l’homme libère ses pulsions, conjure son angoisse, décharge son agressivité, c’est pleinement humain. »

(Ruth Belinga)

The Moment, 2020, médias mixtes sur toile, 139 x 100 cm
L’exode et la famille, 2019, médias mixtes sur toile, 100 x 180 cm