Aucune image

LE SYNDROME DU LEMMING (bis repetita)

29 décembre 2008 Pierrick Tillet 0

((/images/lemming.jpg|lemming|L))  »Le texte qui suit a été publié en juillet 2006 lors de l’agression israélienne contre le Liban. L’Histoire est un éternel et tragique recommencement. Il ne m’a fallu que changer quelques noms (Gaza au lieu de Cana, par exemple) pour l’actualiser, je dirais, douloureusement. » Dans les années 60, courait la légende du suicide des lemmings. Pris d’une incontrôlable pulsion de mort suicidaire, ces petits rongeurs de Norvège se précipitaient en masse, nous racontait-on, du haut des falaises qui dominaient les fjords. C’est un mythe que ce suicide collectif, démenti depuis par toutes les études scientifiques – les lemmings ne sont pas si fous ! Mais il éclaire sur l’esprit échauffé des humains qui l’ont propagé. Et si Israël était devenu le propre artisan de sa future destruction, se ruant tête baissée, tels les lemmings de la légende, vers le néant, l’anéantissement ?

Aucune image

IL N’Y AVAIT PERSONNE

27 décembre 2008 Pierrick Tillet 0

 »<< Il n'y avait personne, je suis sorti dans le couloir et j'ai dit "aidez-moi". Il y avait des témoins. Ils disaient "appelez les pompiers!". J'ai fait le tour, il n'y avait pas un seul infirmier. Et, quand les infirmiers sont venus, ils m'ont dit "arrêtez de vous affoler Monsieur, votre fils n'a rien. Pourquoi vous nous criez dessus ?" Je leur ai dit "mon fils est en train de mourir". >> » Ce terrible témoignage du père de ce jeune enfant mort dans un hôpital après une erreur dans l’administration d’un médicament, suffit à illustrer le désastre que fut toute cette année 2008.

Aucune image

LA CRÈCHE DE NOËL

21 décembre 2008 Pierrick Tillet 0

Chère Yldune, cher Julien, ((/public/creche2.jpg|creche2.jpg|L))Donc, il paraîtrait que vous soyez condamnés, comme des petits jésus, à passer votre Noël sur la paille humide ? Pauvre Yldune, pauvre Julien, victimes de la rage dépitée des princes impuissants. Car c’est bien de ceci dont il s’agit maintenant, n’est-ce pas ? Coupables SEULEMENT d’avoir fait enrager et ridiculisé une ministresse si engageante, sa justice si transparente, et sa police si sûre d’elle-même, qu’ils avancent désormais tous masqués, piteux et péteux, comme les gangsters qu’ils étaient censés arrêter et juger.

Aucune image

L’AN 01

18 décembre 2008 Pierrick Tillet 0

((/public/An-01.jpg|An-01.jpg|L)) »À cheval sur mon bidet »%%%  »au galop il fait des pets »%%%  »au pas, au pas »%%%  »au trot, au trot »%%%  »au galop-galop-galop-galop »%%%  »YOOUUU ! » Renversée sur mes genoux, Julia, six mois, la fille de ma fille, rit aux éclats. L’odeur du café et des chouquettes chaudes donne à la pièce son air de petit-déjeuner. Dehors, jour à peine levé, vent et crachin.  »<< ... cheval sur mon bidet... pets... galop-galop... >> » Ben oui ma p’tite puce, « papou » aussi se marre. Et sacrément ! Toi, tu as à peine bouclé la moitié de ta première année et « papou » vient d’en vivre une des plus rigolotes depuis des lustres. Oh, pas pour les mêmes raisons que toi, bien sûr ! Quoique…

Aucune image

LES NOUVEAUX JUSTES

18 décembre 2008 Pierrick Tillet 0

((/public/Resister.jpg|Resister.jpg|L))  »(Note du Y : je remonte ce billet dans la liste chronologique des chroniques, car les infos communiquées dans les derniers commentaires me semblent tout à fait dignes d’intérêt.) » Tandis que notre pays s’enfonce dans une confusion mentale et morale suicidaire, tandis que nos pouvoirs publics se vautrent dans le grotesque policier ; tandis qu’une frange paniquarde de la population, par ses réactions molles et soumises, cède peu ou prou à la justification ou à l’acceptation de l’inacceptable, voici qu’enfin se dressent, face à ce que mon amie [dom|http://uneepoqueformidable.unblog.fr] nomme une  »<< fascisation participative >> », les nouveaux résistants authentiques, le dernier crû des Justes. Enfin !

Aucune image

BONJOUR PHILIPPINE

17 décembre 2008 Pierrick Tillet 0

((/public/Adieux.jpg|Adieux.jpg|L))Ça fait des jours que je marne à essayer d’écrire cette damnée chronique :  »L’Apocalypse des cerveaux », un brûlot (du moins le voulais-je ainsi) sur la décrépitude mentale, morale et intellectuelle qui ratatine notre univers de tous les jours et atteint aussi bien nos élites que le pays d’en bas. Mais impossible ! Une lassitude au plus profond qui me retient. Une envie irrépressible d’espaces irradiés et d’air vif. C’est alors que je suis tombé sur cet air vif, un vieil enregistrement télé du film de Jacques Rozier,  »Adieu Philippine », ovni fulgurant d’un poète en lisière, à l’heure où la Nouvelle vague allait balayer le “cinéma de papa” d’avant les années soixante.

Aucune image

LE CHASSEUR « PRIMAIRE »

8 décembre 2008 Pierrick Tillet 0

Il y a une chose qui me turlupine depuis quelques temps. Ces histoires de banques qui prétendent n’avoir plus un sou vaillant à prêter et qui tarissent le circuit du crédit indispensable à la survie du système. Mais alors si les banques n’ont plus d’argent, si elles n’arrivent pas à s’en procurer par « manque de confiance » entre elles, et si TOUTES prétendent la même chose, OÙ IL EST, CE PUTAIN DE FRIC ? Eh bien, figurez-vous que j’ai trouvé. En allant acheter des poireaux au marché. Vous avez déjà entendu parler des chasseurs « primaires » ?

Aucune image

LES CHIENS À L’ÉCOLE

1 décembre 2008 Pierrick Tillet 0

((/public/chiens_ecoles.jpg|chiens_ecoles.jpg|L)) »Voici, brut de décoffrage, sur le thème de l’ignominie ordinaire, le témoignage d’un parent d’élève que mon ami Jean-Luc, du blog [Kinoks|http://kinoks.org], m’a fait parvenir. Ces faits, s’ils sont vérifiés (et il n’y a pour l’heure aucune raison d’en douter ; cf. ci-dessous les liens vers deux articles de la Dépêche du Midi qui les corroborent) devraient être impérativement répercutés sur le maximum de sites et de blogs. » Mais voilà que ce week-end, j’accueille ma fille Zoé — elle a 13 ans — de retour du collège de Marciac (Gers). Elle me raconte son mercredi au collège… Colère à l’intérieur de moi… révolte… que faire ? J’ai demandé à Zoé d’écrire ce qu’elle me disait là. Elle a accepté. Voici donc son témoignage, avec ses mots à elle :