La gifle à Valls n’est qu’un gentil intermède…

gifle_valls.jpg

Ça lui pendait au nez, Valls s’en est pris une. Et, non, je ne vais pas pleurer.

Oui, j’ai vu les réactions unanimes de la classe politique, de Marine Le Pen à Mélenchon en passant par Dupont-Aignan et tous les autres confits en bienséance : haro sur la violence, vive le bulletin de vote…

Avez-vous jamais vu progrès social conquis par un bulletin de vote ? Avez-vous jamais vu leurs forces de l’ordre robocopées se contenter de paire de claques pour protéger leur ordre ?

http://yetiblog.org/public/.TalentsValls1_m.jpg

La gifle à Valls, finalement, n’était qu’un aimable intermède, un tout petit palier gravi après ceux des huées un peu vaines, des gentilles enfarinades et des tartes à la crème sur la gueule.

C’est comme ça, faut qu’on s’y fasse. Martin Luther King ne serait arrivé à rien sans les Black Panthers. Et Mandela, sans son appel à la violence, aurait tristement fini ses jours à Robben Island.

=> Lire aussi : Crise de civilisation : la question de la violence

A propos de Pierrick Tillet 3861 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.