Après Lecanuet, Poher, Balladur, Bayrou : Macron, vraiment ?

heavy_metal_Macron.jpg

Bien obligé de s’y intéresser. La prochaine échéance qui nous concerne est la présidentielle française censée nous remplacer le capitaine de pédalo en poste depuis cinq douloureuses années.

Un mirliton ahuri semble présentement avoir le vent médiatique en poupe… du moins si l’on en croit les unes déchaînées de nos médias.

Le nom du mirliton en question : Emmanuel Macron, nouveau joker centriste insipide sorti du chapeau par une « élite » malmenée pour boucher des trous de plus en plus béants dans ce qu’elle considère comme acceptable dans la représentation politique.

Rappelez-vous, on a déjà connu le même phénomène de compensation médiatique à divers époque : Lecanuet et son sourire idiot en 1965, Alain Poher « blanc bonnet bonnet blanc » en 1969, Balladur le mou en 1995, Bayrou en 2002, 2007 et 2012. Autant de tocards renvoyés à leurs chères études sans même en avoir pu acquérir le diplôme.

Imaginer que les Français, après avoir failli être coulés par les banques en 2008, puissent se donner comme président un représentant caricatural de ces banques, me chavire. Imaginer que mes concitoyens remplacent François Hollande par celui qui fut son conseiller économique — avant d’en être son ministre — pour le pire fiasco économique qu’ait connu un quinquennat, me stupéfie.

Franchement, j’attends de voir cet insignifiant godelureau confronter en débat direct avec… avec un jean-Luc Mélenchon, par exemple.  Pour le reste, le pays aura le président qu’il mérite. Mais Macron, tout de même…

A propos de Pierrick Tillet 3656 Articles
Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation.