Les jeunes : on ne va tout de même pas attendre la fin de la crise pour être heureux !

ILLUSTRATION

Très intéressante, l’enquête menée auprès de 53.906 jeunes de 18 à 35 ans par Domplus et Génération Cobayes pour « Que du bonheur ». Le verdict vaut le détour : les jeunes sont heureux à 82%… mais insatisfaits à 89 % du monde, trop inégalitaire, qui les entoure !

Les autres constats sont à l’avenant :

  • ils n’ont pas la moindre confiance dans les institutions actuelles (75 %), mais comptent d’abord sur eux pour s’en sortir ;
     
  • le travail n’est pas leur priorité (en 5e position de leurs préoccupations), un CDI les indiffère ou presque (62 %), mais glander ne les intéresse pas non plus : 83 % veulent participer activement à la construction de la société de demain ;
     
  • ils ne se sentent pas particulièrement en insécurité et sont beaucoup plus préoccupés par la dégradation de leur environnement (37 %), la montées des extrémismes politiques (35 %) et les nuisances des multinationales (33 %) que par le chômage (17 %) et la crise (9 %) ;
     
  • ils sont 89 % à considérer que gagner de l’argent n’est pas primordial, préfèrent posséder une liaison internet ou un smartphone qu’une bagnole ou une maison perso.

 

Enquete_jeunes_2.png

 

En bref, les jeunes d’aujourd’hui se contentent de peu, préfèrent posséder les instruments de communication avec leurs congénères que les signes apparents de puissance et de richesse individuelle. Et se démerdent par eux-mêmes.

Un travail de résilience, toute conscience éveillée

Je me méfie toujours des sondages sur « les jeunes » (tout comme d’ailleurs ceux sur « les vieux » ou « les banlieues » ou les « cadres dynamiques…). Mais cette étude confirme ce que je croyais entrevoir en suivant l’envol de mes trois filles avec leur bande de joyeux drilles.

Fi des pisse-vinaigre qui ricanent en gloussant que jeunesse fanera bien vite. On s’en fout. L’enquête parle exclusivement des jeunes et pas des vieux cons que les vieux cons d’aujourd’hui supposent qu’ils vont devenir.

Ce qui est particulièrement encourageant dans cette étude, c’est que les jeunes d’aujourd’hui ont déjà mis un pied en dehors du vieux monde délabré d’avant et qu’ils sont en train dans leur coin de se bâtir leur existence comme des grands dans le cadre encore bien incertain du monde d’après. On appelle ça la résilience, mais toute conscience éveillée.

La moindre des choses est de leur souhaiter tout le bonheur du monde.

<< Eh bien, sois heureux, puisque tu y tiens >> (Jacques Prévert à son pote Maurice Baquet).

xxx
Lire tous les résultats de l’enquête en pdf

=> Source : Que du bonheur

A propos de Pierrick Tillet 3809 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.