Les jeunes révoltés par l’interdiction de l’application Heetch

ILLUSTRATION

C’est ma petite dernière qui m’a alerté sur les déboires de l’application Heetch.

L’application Heetch a été créée en 2013 par deux jeunes ingénieurs, principalement pour les jeunes souhaitant pouvoir rentrer de soirée le weekend ou en semaine en toute sécurité, sans avoir à attendre le premier métro, ou devoir rentrer à pied en passant par des lieux plus ou moins sûrs, ou avoir à payer un taxi ou un Uber hors de prix. 

Le principe est simple : une sorte de covoiturage genre Blablacar, mais pour les soirées. 80% de la communauté Heetch a moins de 25 ans. Jusqu’en juin 2015 (lors de la crise des taxis contre la compagnie Uber), tout se passait bien. L’initiative Heetch séduisait autant les parents que leurs enfants. L’affaire montait en puissance. Heetch ne faisait aucune concurrence aux compagnies existantes, puisque, faute de moyens, cette communauté de jeunes (dont beaucoup vivent en banlieue) n’aurait jamais pu utiliser ni taxis ni Uber.

Sauf que dans la foulée de la grève des taxis contre Uber, le premier ministre Valls en a profité pour faire fermer l’application Heetch, la déclarant illégale. Quelques mois plus tard, les deux fondateurs de Heetch se sont retrouvés en garde à vue et sont aujourd’hui sous la menace d’un procès sans aucune autre raison valable que la loi impitoyable du « marché ».

Le procès devait se tenir en juin dernier, mais a finalement été repoussé à ce mois de décembre 2016. En attendant, l’application Heetch reste toujours fermée. Et les jeunes doivent continuer à se débrouiller vaille que vaille pour rentrer chez eux. Ou alors se résoudre à rester cloîtrés sans possibilité de sortie.

=> En savoir plus sur le site Heetch

A propos de Pierrick Tillet 3885 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.