Syrie : la guerre pour une concession sur les autoroutes du gaz

Gazoduc.pngCliquer sur l’image pour mieux la lire

Non, le conflit syrien ne répond pas à de vertueuses préoccupations humanitaires et « démocratiques » pour libérer un peuple de son odieux dictateur comme le chante la propagande. Non, il n’a rien à voir avec une guerre religieuse atavique entre chiites et sunnites. Plus prosaïquement, la guerre en Syrie pue le gaz à plein nez.

Un simple petit rappel historique suffit à tout comprendre :

  • En 2009, le Qatar, grand producteur de gaz naturel, proposa un gazoduc (en bleu) qui traverserait l’Arabie saoudite, la Jordanie, la Syrie et la Turquie pour alimenter l’Europe, grande consommatrice.
  • En 2011, Bachar el-Assad décida au contraire que le pipeline qui traverserait son pays (en rouge) partirait d’Iran, autre gros producteur, et passerait par l’Irak pour s’arrêter à Homs sur la Méditerranée, au grand dam du camp occidental.
  • Aussi sec, dès 2011, le camp occidental multipliait ses aides à l’opposition syrienne (la « rebellion modérée ») contre le régime de Bachar el-Assad, devenu soudainement un « odieux dictateur », alors qu’il était auparavant un interlocuteur privilégié des chancelleries occidentales. Et il est de notoriété publique que les islamistes de Daech bénéficièrent de la mansuétude très intéressée du Qatar, de l’Arabie saoudite et de la Turquie qui eux aussi se sentaient spoliés par le plan rouge.

Voilà, ne cherchez pas plus loin, vous avez tout compris.

Le plan bleu avait l’approbation des gouvernements américain, européens et israélien parce qu’il faisait la nique au gaz russe (NB : la Russie menaçait alors de couper le robinet de son précieux gaz en Ukraine). Le plan rouge était évidemment approuvé par le gouvernement russe.

Le plan bleu privilégiait des territoires à domination sunnite. Le rouge traversait des contrées à majorité chiite. Or comme chacun (ne) sait (peut-être pas), une concession solide sur les autoroutes du gaz mène sûrement au paradis.

Regardez bien les lieux où les affrontements sont les plus âpres aujourd’hui : toujours sur les lieux prévus de passage possible des pipelines, bleu ou rouge.

=> Source de mes infos : Le Saker francophone, Mondialisation.caLa Vie et France 2 (vidéo)

A propos de Pierrick Tillet 3813 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.