Syrie : la coalition américaine perd les pédales et bombarde l’armée syrienne « par erreur »

Avion US F-16

Incroyable accélération des événements samedi 17 septembre en Syrie : en pleine période de cessez-le-feu, quatre avions de la coalition américaine ont bombardé l’armée régulière syrienne — une première ! — alors que celle-ci était en train de combattre Daech à Deir ez-Zor.

Bilan de l’attaque : plus de 90 morts et une centaine de blessés dans l’armée syrienne, et une position reprise par Daech à la faveur de l’événement.

Depuis, l’armée syrienne a repris la position perdue, mais le mal est fait. Selon la porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova, la Russie a convoqué une session d’urgence du Conseil de sécurité des Nations-Unies.

Plus tard dans la soirée, le Commandement central américain (CENTCOM) admettait dans un communiqué avoir frappé l’armée syrienne… par accident ! Extrait du communiqué CENTCOM :

« Les forces de la coalition croyaient frapper les positions de Daech qu’elles avaient essayé de localiser pendant longtemps avant la frappe. »

Erreur ou provocation pour tester les capacités de la Russie dans la région, l’escalade est manifeste et témoigne d’une détérioration très grave de la situation.

En attendant, le fiasco américain dans cette région du Moyen-Orient atteint de telles sidérantes proportions qu’on a vu des unités spéciales US se faire expulser de la ville d’ar-Rai, près de la frontière avec la Turquie, par des rebelles « modérés » de l’Armée syrienne libre (ASL, soutenue par… Washington !) aux cris de << Mort à l’Amérique >> [vidéo].

A propos de Pierrick Tillet 3654 Articles
Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation.