Grand combat présidentiel US : Donald « Néron » Trump contre Hillary « Caligula » Clinton

Néron Trump vs Caligula Clinton

Ça part très fort cette campagne présidentielle américaine : toute l’oligarchie, absolument toute (à part Clint Eastwood), est complètement déchaînée contre Donald Trump… et peine à masquer le contenu explosif des mails privés qui suffiraient à faire condamner Hillary Clinton pour trahison d’État.

Pas seulement l’oligarchie américaine, d’ailleurs. En Europe côté occidental, tous les dirigeants, absolument tous, se sont mis sans aucune précaution diplomatique à dézinguer le candidat républicain, sans même se soucier de ce qu’ils feront si celui-ci est élu ! Le plus givré d’entre eux : François Hollande.

<< Les excès de Donald Trump provoquent un sentiment de haut le cœur. >>

Devant ce front uni des vertueux ivres de rage, Donald Trump hurle aux dangers d’une élection trafiquée. Et vous pouvez être sûrs que le bougre a fichtrement raison de se méfier. C’est déjà  la curée sans pitié dans les médias aux ordres. Les sondages se déchaînent pour peser de tout leur poids, comme celui récemment publié par Reuters qui, à l’issue d’un Congrès démocrate pourtant merdique à souhait, annonce une avance de 15 points pour Hillary Clinton en novembre prochain.

Quant aux petites machines à voter électroniques dont les USA sont si friands, soyez persuadés qu’elles sont déjà en mode surchauffe, comme celles de Floride en novembre 2000. Question : en novembre 2017, y aura-t-il dans les bureaux de vote US des observateurs internationaux impartiaux (russes, par exemple… non je rigole) pour valider le scrutin ?

Un match décadent

Pourquoi ce déchaînement hystérique ? Eh bien parce que, voyez-vous, c’est tout leur Empire qui est aujourd’hui menacé par l’irruption du trublion. Donc, tout ce qui bouge encore dans l’Empire vacillant fait feu de tout bois contre lui.

Non pas qu’on en pince pour Trump, remarquez, mais c’est ainsi que s’engloutissent les Empires décadents. Par la dégénérescence de ceux qui les dirigent et finissent par se taper sur la gueule, au propre comme au figuré, quand le vaisseau sombre.

Rappelez-vous l’Empire romain finissant et ses empereurs complètement déglingués : Néron chantant sur les ruines incendiées de Rome, Caligula et ses frasques sanglantes…

Regardez un peu les deux candidats qui s’affrontent à la présidentielle US (en attendant ceux qui vont se rentrer dans le chou au second tour chez nous en 2017) et vous aurez tout compris de la chute inexorable de notre Empire à nous, du combat tragi-comique entre Donald « Néron » Trump contre Hillary « Caligula » Clinton.

A propos de Pierrick Tillet 3657 Articles
Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation.