Quand Denis Robert démasque quatre « Golden corbeaux » sur Twitter

ILLUSTRATION

Ils sévissent sur les réseaux sociaux, particulièrement sur Twitter où on est apparemment moins regardant sur la teneur de messages sordides publiés sous pseudo. Le journaliste Denis Robert vient d’en démasquer quatre. Et non des moindres. À ses risques et périls…

Quatre salopards

Ceux-là ne figurent certes pas parmi les adversaires du système, mais parmi ses défenseurs les plus acharnés, intérêts personnels bien compris. Liste non exhaustive : 

  • Gordon Gekko @skyzelimit : son pseudo est tiré du nom de l’agent de change joué par Michael Douglas dans le film d’Oliver Stone, Wall Street. Son état-civil indiqué : Alex Perrin[1], trader. Un exemple de ses sympathiques propos :

TWEET 1

  • Jabial @jabial : de son vrai nom Joël-Alexis Bialkiewicz, gérant de la banque d’affaire Delubac & Cie. Son idole, Augusto Pinochet, qui faisait balancer ses opposants à la mer du haut d’un hélicoptère (<< les vols de la Mort >>) :

TWEET 2

  • John Galt @lacruzFX : alias François-Xavier Lacroix, vice-président financier du groupe Danone-Eaux, qui s’est empressé de faire disparaître son compte sitôt les révélations de Denis Robert, mais dont on gardera quelques traces particulièrement puantes :

TWEET 3

  • Ali Bodaghi @zebodag : spécialiste en trading (Lehman Brothers, Société Générale), diplômé d’HEC. Celui-là ne s’est même pas donné la peine de s’affubler d’un pseudo et confirme sans vergogne son identité en défiant Denis Robert :

TWEET 4 

Méchants, pervers et très cons à la fois

Comment Denis Robert a-t-il réussi à démasquer ces imbéciles ? Rien de plus simple : ils sont aussi méchants et pervers que très cons. Une simple recherche Google un peu approfondie suffisait à les confondre :

outing_skyzelimit.jpg

Évidemment, les révélations de Denis Robert ne pouvaient pas rester sans réactions : les « Golden corbeaux », pris sur le fait de leurs petites saloperies, attaquèrent la page Facebook du journaliste, parvinrent dans un premier temps à y insérer quelques images pornos qui conduisirent le pudibond Facebook à supprimer la première version du billet.

Puis dans un second temps, réussirent à convaincre Facebook de censurer la nouvelle mouture du réquisitoire de Denis Robert à leur encontre au prétexte d’un contenu << dangereux >>.

C’était oublier le cache de Google qui conserve toute trace des écrits publiés en ligne. C’était sans compter sur les capacités de réaction et de propagation des réseaux sociaux pour éradiquer la connerie.

Outing_du_con.jpg

Notes:

[1] EDIT 12 juin 2016 – Dans un premier temps, Denis Robert a indiqué le nom d’un certain Alexandre Perrin. trader à Singapour. Or Denis Robert reconnaît ce 12 juin s’être laissé abuser sur la véritable identité de Gordon Gekko, un fake probablement avancé par le propre utilisateur du pseudo pour égarer l’enquête. Une enquête que Denis Robert entend continuer pour tirer l’affaire au clair.

Les trois autres identités sont par contre confirmées.

A propos de Pierrick Tillet 3739 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.