Conscription nationale : pourquoi Mélenchon a à la fois tort et raison

ILLUSTRATION

Pour faire face à la menace terroriste, Jean-Luc Mélenchon vient de suggérer l’idée d’un retour à une conscription militaire incluant filles et garçons pour << participer à ce que l’on appellera ou une garde nationale ou une garde républicaine >>.

L’hypothèse de base — pallier à l’inutilité des patrouilles militaires dans les lieux publics — n’est pas fausse. Le plan Vigipirate, pourtant en alerte rouge, n’a pas empêché les attentats de 2015. Et ni l’état d’urgence, ni l’omniprésence de soldats armés jusqu’au dents dans les rues n’y changeront rien.

Lancer une conscription militaire est même une arme à double-tranchant :

  • la lourdeur d’une telle organisation impose une durée dans le temps qui laisse à penser que la menace terroriste est désormais considérée comme pérenne dans notre environnement ;
  • la mobilisation de l’ensemble des jeunes filles et des jeunes garçons du pays à une époque de leur vie excède largement les besoins en effectif d’une garde nationale ;
  • enfin, la proposition du futur candidat à la présidentielle de 2017 apparaît surtout comme une mesure plus spectaculaire qu’efficace :en quoi des patrouilles de conscrits amateurs (rémunérés) seraient-elles plus dissuasives que celles de professionnels ?

Là où Jean-Luc Mélenchon me semble se fourvoyer, c’est en limitant cette conscription nationale à son élément exclusivement militaire.

Pour une conscription civile

Rien n’empêche cependant d’inclure la proposition de Jean-Luc Mélenchon dans le cadre plus général d’une conscription civile.

  • Cette conscription civile me paraît indispensable pour participer à une redistribution des tâches dans une société marquée durablement par la diminution du volume global du travail.
  • À un âge donné et pour une période fixée, chaque jeune Français, fille comme garçon, se verrait affecté à une tâche d’intérêt public auprès d’une collectivité locale (municipalité de résidence ?).
  • Cette conscription serait évidemment indissociable de l’instauration d’un revenu de base pour chaque citoyen, garantissant à tous et à tout âge le minimum vital décent pour ses besoins quotidiens.

Rien n’empêche dans ce cadre, pour des problèmes ponctuels de lutte contre le terrorisme ou autres quelconques menaces extérieures,  d’affecter une partie des jeunes mobilisés à des tâches d’intérêt policier ou militaire.

A propos de Pierrick Tillet 3744 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.