Présidentielle US : la montée en puissance de la révolte populaire

Trump-Sanders.jpg

La campagne pour la présidentielle américaine de fin 2016 s’annonce d’ores et déjà révélatrice d’une indéniable montée de la révolte populaire contre l’establishment. Tant à droite — le phénomène Trump — qu’à gauche — le phénomène Sanders.

Nul ne sait ce qu’il en restera au résultat final. Ni même si les deux trublions seront seulement en lice au dernier tour. L’establishment, symbolisé jusqu’à la caricature par Hillary Clinton, a plus d’un sale tour dans son sac pour préserver son autorité contre les facéties indésirables de l’expression démocratique.

Il n’empêche que c’est bien une colère populaire qui est en train de s’affirmer à travers les fameux caucus : Trump en champion de l’Amérique dite profonde, Sanders en idole des jeunes démocrates (qui votent à plus de 80 % pour lui).

Vers un duel Le Pen/Mélenchon en version américaine ?

Reste qu’un duel final Trump/Sanders aurait tout d’un second tour opposant chez nous Marine Le Pen à Jean-Luc Mélenchon. Ce dernier pourrait bien avoir raison quand il déclarait que nous en arriverions fatalement à ça…. sauf que ça se passe aux USA.

Certes, nous n’en sommes pas là. Mais impossible de nier ce mouvement d’irritation grandissante des populations contre leurs élites, qu’on constate également dans la vieille Europe :

  • d’un côté, la montée des populismes de droite, sinon même leur arrivée au pouvoir (Pologne, Hongrie) ;
  • de l’autre, les phénomènes Podemos, Jeremy Corbyn, Syriza (la trahison de ce cornichon de Tsipras n’enlève rien à la colère populaire qu’ont exprimée les électeurs grecs en votant pour lui).

La démocratie aurait-elle encore une chance de secouer le cocotier de l’ordre établi ? L’ordre établi se laissera-t-il secouer sans vigoureuse réaction ? Réponse le 8 novembre 2016 aux USA. Pour commencer.

A propos de Pierrick Tillet 3745 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.