Finance, lundi 18 janvier 2016 : anatomie d’un naufrage en cours

les_ordis_haute-frequence.jpg

Lundi 18 janvier  : après une chute vertigineuse de deux semaines, le naufrage des places boursières continue… malgré les tentatives désespérés des ordinateurs dits « haute fréquence » pour sauver l’épave !

Un début de séance très délicat : regardez bien le graphique ci-dessous. Il décrit les mouvements de l’indice boursier français CAC 40 dans les premières heures de la matinée du lundi 18 janvier.

CAC 40

Explications :

  • à l’ouverture, la cotation du CAC 40 est à peine à l’équilibre, laissant craindre le pire au lendemain de la chute de vendredi ;
  • aussitôt, les ordinateurs « haute fréquence » se mettent en branle et procèdent à une vague d’achats pour relancer le moribond ;
  • peine perdue, la rechute ne se fait pas attendre avec un plus bas aux alentours de 10h30 ;
  • re-coup de pouce des ordis, mais trop poussifs pour sortir la tête du naufragé hors de l’eau (ligne rouge).

Phénomène (et manipulation) spécifiquement français ? Que nenni, regardez et comparez ci-dessous les courbes des indices allemand (DAX) et britannique (FTSE 100) au même moment :

DAX_180116.png FTSE_GB_180116.png


Le point à mi-séance : caramba, encore raté !

CAC40_180116_2.png

DAX_180116_2.png FTSE_GB_180116_2.png


Le constat en clôture : et non, malgré un dernier petit baroud d’honneur des ordis (vers les 16h/16h30), le CAC 40 et ses copains européens restent désespérément la tête sous l’eau. Le naufrage continue…

CAC40_180116_3.png

xx FTSE_GB_180116_3.png


Post-scriptum : vous n’aurez pas été sans remarquer que cette petite chronique d’un naufrage annoncé a été écrite EN DIRECT, entamée dès l’ouverture des places boursières, sans savoir ce qu’il allait advenir dans la journée, mais sans beaucoup d’erreurs sur le scénario prévisible.

A propos de Pierrick Tillet 3812 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.