Déchéance de nationalité : une mesure aussi idiote qu’infâme

IlManifesto.jpg
Titre de une du journal italien Il Manifesto daté du 24 décembre 2015

Donc, celui-qui-devait-nous-sauver-de-Sarko en est arrivé là : prendre une mesure de Sarko qu’il dénonçait en 2010, la déchéance de la nationalité pour les binationaux qui ne se montreraient pas dignes de leur seconde patrie. Mesure régressive non seulement infâme, comme l’écrit Thomas Piketty, mais carrément imbécile.

  1. À qui fera-t-on croire que les fous furieux qui se font exploser en essayant de tuer le maximum de gens autour d’eux vont être impressionnés par la menace d’une déchéance post mortem de leur nationalité française ?
  2. Que fait-on des déchus vivants ? On les renvoie dans leurs pays d’origine où ils alimenteront les camps d’entraînement des fous de Dieu ?
  3. La nationalité est un droit, pas une récompense provisoire dépendant du comportement futur de ses heureux bénéficiaires ; il y a dans notre droit pénal d’autres mesures pour punir les actes répréhensibles des binationaux comme des nationaux.
  4. Quid des jihadistes français de souche ?

Un État policier en état de panique

Les arguties juridiques de ceux qui, comme Jacques Sapir, tentent envers et contre tout de légitimer la possibilité de déchéance de nationalité pour les binationaux au prétexte que ceux-là << disposent de plus de droits que les nationaux simples >>, ne font que complexifier par des subtilités de prétoire une situation critique qui demande des solutions simples et claires, lisibles par tous.

En sacrifiant un peu plus la République à un État policier en état de panique qui ne dit pas son nom, la bande à Hollande rajoute plus de confusion que d’autorité et d’efficacité.

Sans compter le discrédit grotesque dont les médias du monde entier affublent désormais notre malheureux pays. Comme vient de le faire de manière cinglante le journal italien Il Manifesto (cf. capture d’écran ci-dessus).

A propos de Pierrick Tillet 3810 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.