Régionales second tour : la « fusion technique » ou la déconfiture sur toute la ligne

claque_dans_la_gueule.jpg

Le premier tour avait sonné comme une claque dans la gueule des partis de pouvoir institutionnels. Les négociations entre les listes « honorables » rescapées pour faire face à la montée du FN lors du second tour confirment hélas leur déconfiture.

<< Fusion technique >> ! C’est ainsi que les candidats naufragés du Front de gauche ont appelé leur appel du pied au PS pour tenter de sauver quelques postes à leurs cadres en région parisienne.

Voter à droite, pour Christian Estrosi (région PACA) ou Xavier Bertrand (région Nord Pas-de-Calais Picardie), c’est tout ce qu’a trouvé le premier ministre socialiste Valls pour tenter de faire front à la bande Le Pen, et sauver le camp néolibéral en déroute.

Décidément, ces imbéciles n’ont rien compris ! Plutôt que d’inverser le cours de leur débâcle, ils la précipitent.

Pour preuve, dans l’Est, autre région sinistrée, la liste PS désormais dissidente a réussi à maintenir sa candidature malgré les pressions de sa chefferie en panique. Et sur les réseaux sociaux, les leaders du Front de gauche se font étriller par leurs militants de base :

et vous soutenez ces ordures??? @emmacosse @plaurent_pcf @ericcoquerel https://t.co/TJV0hCRFFC

— filnoir (@filnoir) 7 Décembre 2015

Quant à la réaction de ce qui reste d’électeurs, qu’ils soient de droite morveuse ou vraiment de gauche, on verra bien dimanche. Tout ça pue la mort et sent le sapin. Nous vivons une époque épique.

A propos de Pierrick Tillet 3813 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.