Un sondage qui décoiffe : l’avis des Syriens

Très intéressant sondage commandé par la BBC à l’institut international ORB, sur ce que les Syriens eux-mêmes pensent du conflit qui les déchire. Un, ou plutôt plusieurs avis qui décoiffent.


L’enquête a été menée en juillet 2015 et porte sur un échantillon respectable de 1365 personnes, toutes syriennes, réparties — détail très important — comme suit (NB : cette répartition correspond peu ou prou à la répartition de la population syrienne par zones actuellement occupées) :

  • 674 en zone contrôlée par le gouvernement syrien ;
  • 430 en zone contrôlée par l’opposition hors État islamique[1] ;
  • 170 en zone contrôlée par l’État islamique ;
  • 90 en zone contrôlée par les Kurdes.

Si tout sondage doit être pris avec des pincettes, les résultats de celui-ci méritent tout de même le détour. En voici quelques éclairants exemples présentés sous forme de graphiques, tous réalisés par le site les-crises.fr :

ORB_1.jpg

ORB_2.jpg

Plus curieux encore, on s’aperçoit vite que les opinions peuvent totalement diverger selon la zone où se trouvent les sondés. Exemples :

ORB_3.jpg
Zone contrôlée par le gouvernement

ORB_4.jpg
Zone contrôlée par l’opposition (hors EI)

ORB_5.jpg
Zone contrôlée par l’EI

Syndrome de Stockholm

Commentaires :

  • les avis des Syriens sont très partagés sur les frappes de la coalition internationale (NB : en juillet, date de réalisation de l’enquête ORB/BBC, la Russie n’était pas encore militairement intervenue) ;
  • Bachar el-Assad arrive en tête des opinions favorables toutes zones confondues (47% d’avis favorables et très favorables) ;
  • … et est plébiscité sur la zone qu’il contrôle (73% d’avis favorables et très favorables) ;
  • résultats exactement inverses dans les zones occupées où la primeur des opinions favorables est massivement accordée… à l’occupant : 70 % d’avis favorables ou très favorables pour l’EI dans la zone qu’il contrôle !

Encadre_ORB.pngQuelles conclusions tirer de cette étonnante « répartition des opinions » ? Peur des représailles chez les sondés ? Probablement, mais aussi sans doute ce fameux syndrome de Stockholm qui mesure l’empathie des dominés pour leurs dominants dont la force, espèrent-ils, les protègera.

Voilà qui remet en question les idées simplettes (et un brin orientées) propagées par les milieux bien-pensant occidentaux.

Notes:

=> Lire les résultats détaillés du sondage sur les-crises.fr

=> Consulter le site de l’institut ORB, « spécialisé dans les enquêtes de haute qualité en environnements complexes »

[1] Pour comprendre la répartition des forces réellement en présence en Syrie (et échapper aux confusions mainstream), on lira avec intérêt les articles suivants :

A propos de Pierrick Tillet 3741 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.