Ukraine, Otan, médias (suite) : l’affaire « Novorossiya »

Carte de Novorossiya, publiée le Washinton Post
Carte de Novorossiya, publiée le Washinton Post

Au moment où mon précédent billet était publié, une nouvelle affaire éclatait qui enflammait les médias. Selon l’AFP et Reuters, Poutine venait d’évoquer pour la première fois l’idée d’un État indépendant dans l’Est de l’Ukraine. Un nom mystérieux circulait : « Novorossiya ».

La Russie démentait ces propos, parlait d’abus d’interprétation en citant selon elle les termes exacts employés par Poutine :

« Le gouvernement ukrainien doit immédiatement entamer des pourparlers substantiels sur l’organisation politique de la société et de l’État dans le sud Ukraine afin que les intérêts des personnes qui y vivent soient protégés. »

Selon Moscou, l’« État » cité était bien l’Ukraine. Et les autorités russes évoquaient juste la création, non d’un État indépendant, mais d’une région ukrainienne autonome, « Novorossiya ».

L’huile sur le feu

Cela n’empêchait pas Pierre Haski, sur Rue89[1], de continuer à assimiler Novorossiya à une volonté d’État indépendant ourdie par la Russie :

« « Novorossiya », le mot de Poutine pour justifier la partition de l’Ukraine. »

Ria Novorosti, organe russe en langue française, démentait à nouveau en citant les représentants des républiques ukrainiennes de Donetsk et de Lougansk (sud-est), présents lors des négociations actuelles à Minsk, en Biélorussie.

Ceux-là confirmaient officiellement à nouveau leur intention de rester au sein de l’Ukraine[2], à la condition de pouvoir « négocier sur un pied d’égalité, seul moyen de régler le conflit et de rétablir la paix ».

Qui dit vrai, qui dit faux ? Nul ne le sait, bien évidemment. Mais il est sûr qu’à continuer de jeter ainsi de l’huile sur le feu, en sabotant d’avance toute tentative de négociations, la propagande des médias occidentaux risque tout juste de faire advenir les prédictions irresponsables qu’elle prétend dénoncer.

A propos de Pierrick Tillet 3740 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.