Affaire Sarkozy/Bettencourt : les révélations de Claire T. à Mediapart

Verbatim des révélations de Claire T., ex-comptable de Liliane et André Bettencourt, à Mediapart (propos recueillis par Fabrice Arfi et Fabrice Lhomme).

« Je disposais de ce qu’on appelle un “accréditif à la BNP. D’abord à l’agence Saint-James de Neuilly-sur-Seine, puis à celle de l’avenue de la Grande-Armée, dans le XVIe. Cette autorisation me permettait de retirer en liquide 50.000 euros par semaine. Pendant longtemps, je remettais ces sommes directement à André Bettencourt. Puis à partir de début 2007, du fait de la dégradation de l’état de santé de Dédé — c’est comme ça que nous le surnommions dans la maison –, je les confiais à Patrice de Maistre.

Des enveloppes qui atteignaient parfois 100.000, voire 200.000 euros

Une partie servait à payer des médecins, des coiffeurs, du petit personnel, etc. Et une autre, c’était pour les politiques. Dédé, et il ne s’en cachait pas, a toujours financé la droite. C’était un vrai défilé d’hommes politiques dans la maison, ils venaient surtout au moment des élections. Dédé “arrosait” large. Chacun venait toucher son enveloppe Certaines atteignaient même parfois 100.000, voire 200.000 euros.

C’était à la fin du mois de mars 2007. Patrice de Maistre, qui était devenu celui qui “s’occupait” des politiques du fait de la maladie de Dédé, m’a convoquée pour me demander d’aller retirer à la banque une somme trois fois supérieure à l’habitude, à savoir 150.000 euros. J’ai refusé, en expliquant que mon accréditif ne me le permettait pas. Il s’est énervé, en me disant que la banque ne nous refuserait pas ce service. Je lui ai demandé la raison pour laquelle il lui fallait absolument récupérer un tel montant, et là, il m’a répondu : “Mais enfin, c’est pour financer la campagne présidentielle de Sarkozy ! Je dois donner de l’argent à celui qui s’occupe du financement de la campagne, Éric Woerth. Et 50.000 euros, ce n’est pas suffisant.”

Malgré l’insistance de Maistre, qui a quasiment piqué une crise de nerfs, j’ai refusé. Je me souviens même avoir appelé Eva, mon interlocutrice à la BNP de la place Vendôme, l’agence où Liliane Bettencourt a son compte principal, pour lui demander son avis. Je ne lui ai pas parlé du financement de Sarkozy, mais elle a bien compris… Elle m’a dit que je devais refuser, qu’il ne fallait pas que je dépasse mon accréditif, sinon cela risquait d’alerter Tracfin [le service anti-blanchiment de Bercy, NDLR]. Donc je me suis rendue comme d’habitude avenue de la Grande-Armée, j’ai retiré 50.000 euros, que j’ai remis à Liliane Bettencourt, qui a ensuite donné l’enveloppe à Maistre, devant moi. Et j’ai rempli le carnet de caisse, avec, en regard de la somme, la mention “Bettencourt”, que j’ai écrite moi-même. Je faisais toujours comme ça lorsqu’il s’agissait de l’argent destiné aux politiques, car il ne fallait pas de trace écrite. Si Liliane Bettencourt leur donne les carnets de caisse, les policiers pourront vérifier mes dires. Je me souviens de la date de ce retrait destiné à la campagne de Sarkozy : c’était le 26 mars 2007.

Tout le monde savait que Sarkozy aussi allait voir les Bettencourt pour récupérer de l’argent

 Nicolas Sarkozy recevait aussi son enveloppe, ça se passait dans l’un des petits salons situés au rez-de-chaussée, près de la salle à manger. Ça se passait généralement après le repas, tout le monde le savait dans la maison. Comme M. et Mme Bettencourt souffraient tous les deux de surdité, ils parlaient très forts et, de l’autre côté de la porte, on entendait souvent des choses que l’on n’aurait pas dû entendre. Encore une fois, tout le monde savait dans la maison que Sarkozy aussi allait voir les Bettencourt pour récupérer de l’argent. C’était un habitué. Le jour où il venait, lui comme les autres d’ailleurs, on me demandait juste avant le repas d’apporter une enveloppe kraft demi-format, avec laquelle il repartait. Je ne suis pas stupide  quand même, inutile de me faire un dessin pour comprendre ce qu’il se passait…

[Liliane Bettencourt] n’a jamais eu à subir le moindre contrôle fiscal depuis au moins 1995. Je n’ai jamais vu le moindre inspecteur des impôts, je peux le certifier. Ça, on peut dire que nous étions tranquille par rapport au fisc ! Je me souviens même, un jour de 2008, avoir téléphoné, paniquée, à la personne des impôts qui s’occupait de Mme Bettencourt. En arrêt maladie, j’avais oublié d’envoyer la déclaration d’impôt sur le revenu, je n’avais envoyé que l’ISF… C’était une grosse bévue.  J’avais peur que l’on nous sanctionne d’une lourde amende. Logiquement, on aurait dû nous infliger une pénalité de 10%, soit environ 4 millions d’euros. Mais mon interlocuteur a rigolé, il m’a dit de ne pas m’en faire, que Liliane ne subirait aucune pénalité, ce qui a été le cas. »

À diffuser sans modération ce qui est clairement devenu « l’affaire Sarkozy/Bettencourt »… avec abonnement à la clé à Mediapart qui ne l’aura pas volé (moi, c’est fait !)


A propos de Pierrick Tillet 3885 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.