Apéros géants (suite) : la paroles au peuple-jeunes

((/public/Pave_Facebook.3.jpg|Pavé2|L|Pavé2))Bon, puisqu’il est beaucoup question de toi, peuple-jeunes, pourquoi ne pas te laisser la parole ? Voici deux commentaires recueillis à la suite de mon [billet précédent|/index.php?post/APEROS-GEANTS], l’un de Raphaëlle (posté sur ce site), l’autre de VinceDeg (posté sur [Rue89|http://www.rue89.com/yeti-voyageur/2010/05/16/aperos-geants-comme-un-air-troublant-davant-mai-68-151432]). Je sers une tournée générale aux auteurs et à tous les heureux lecteurs.

///html

*****

/// << Je suis jeune, je ne suis pas sur facebook et j’aime l’apéro et si l’apéro facebook de notre ville n’avait pas été annulé, j’y serais allée. Mais je ne suis pas déprimée, aucun de mes amis ne l’est et l’ambiance apéro sur facebook c’est pas vraiment “buvons pour oublier nos malheurs”. Je ne comprend pas pourquoi traduire ces évènements par une sorte de désespoir grandiloquent, la pauvre tragédie des jeunes qui se perdent dans l’alcool pour oublier leur future vie misérable alors que la réalité est beaucoup plus simple ! Il y a dans ces rassemblement un désir d’être dé-raisonnable. Tout le monde sait que ça fait chier les autorités, que ça inquiète de voir tant de jeunes ensemble, et pour boire en plus. Alors à la place la mairie nous propose des sorte de mini-festival avec la sécurité, la croix rouge dans un coin, le stand de boissons gazeuses et des fouilles de sac pour éviter l’alcool. Et puis des groupes de musique, de théâtre, de danse et l’expo dessin du lycée Machin. Un truc qui ai du sens voyez, un truc Culturel ! Je vais pas cracher dessus mais là le but de ces apéro c’est pas d’être raisonnable, c’est même pas de se remplir de culture, de liens fraternels, c’est juste de faire ce qui nous plait, sans inclure la mairie, les autorités, les asso. Il y a beaucoup d’inconscience là dedans et oui nous ne sommes pas raisonnable mais franchement, ça nous fait marrer et on Vous emmerde. (Ah c’est con un jeune hein) >> Raphaëlle ///html

*****

/// << ''"Peuple-jeunes, hého, tu m'entends ? "'' Ouais, c'est bon, on t'entend, pas la peine de crier si fort, avec la gueule de bois ça fait mal Papi... Message reçu, merci, ça fait plaisir. Rien de très neuf avec ces apéros géants, ça fait longtemps qu'on fait des apéros similaires sur les berges de Seine à Paris : dès qu'il fait beau, allez un samedi soir sur le pont des Arts, aux "amphis" de Jussieu ou sur les pointes ouest de l'Ile de la Cité ou de l'île Saint-Louis, c'est noir de monde et bonne ambiance. C'est dingue que les vieux ne comprennent pas pourquoi on fait ça. C'est juste que c'est bien sympa comme évènements. On profite du bon temps et d'être dehors, c'est pas cher, on peut jouer de la musique, et généralement c'est le genre de soirée avec plein de rencontres improbables et de groupes d'amis d'un soir qui se forment pour peu qu'on ait un peu le sens du partage. Sinon c'est quoi les alternatives ? Rester enfermés à faire la fête chez un pote avec le voisin qui fait chier après minuit, aller dans un bar qui coûte la blinde et où chacun est à sa table et les groupes ne se mélangent pas, ou aller en discothèque où on ne peut rien faire d'autre que danser sur de la zic de teubé et impossible de se parler ? Ouais, on veut juste faire la fête, passer du bon temps, discuter de conneries. Ouais, c'est vrai qu'on a pas le même rapport à l'alcool et que se bourrer la gueule est devenu pour beaucoup d'avantage un objectif qu'un prétexte. Et alors ? D'ailleurs, concernant l'alcool, je trouve que c'est gonflé de se scandaliser de la part d'une génération qui contient une proportion élevée d'alcolos dans ses rangs. Juste nous on est peut-être moins hypocrites : si on veut se bourrer la gueule, alors on l'annonce et on y va. Concernant mai 68... Je ne suis pas sûr que le rapprochement me plaise. Ça commence à me saouler de ramener sans arrêt mai 68 en icône de la rebellitude absolue. Quand on voit où ça a mené : on se la ramène bien grand en revendications politico-philosophiques et après on oublie tout et on fait cadre dans une boiboite, ça c'est couillu. D'ailleurs merci et bravo pour le monde que vous nous laissez, hein, la génération des soixante-huitards, ça doit être exactement de quoi vous rêviez à l'époque. Et puis après, c'est les mêmes qui nous traitent de génération pourrie-gâtée et de décervelés. Sérieux, j'en connais un bon tas qui troqueraient volontiers notre jeunesse dans les années 2000 contre votre jeunesse dans les années 70. Moi non, je trouve que c'est ridicule cette sorte de nostalgie d'une époque qui n'est pas la notre. Entre autres, tous ceux de moins de 30 ans qui continuent à porter un t-shirt Bob Marley méritent la mort. Elle est un peu bizarre, notre "génération Facebook". Y'à beaucoup d'envies et de frustrations qui attendent un déclencheur. Le seul moment où ça a pu s'exprimer clairement, c'était pendant les manifs anti-CPE en 2006, ce qui a bien montré au passage que ce n'est pas une génération morte et je m'en-foutiste, au contraire. Mais on refuse de s'engager politiquement puisqu'il n'y a aucune idéologie à laquelle on peut vraiment croire. En fait, notre point commun c'est que la plupart des jeunes déclarent s'en foutre de la politique, qu'ils n'y comprennent rien et que de toutes façons ça ne sert à rien, ça reviendra toujours au même. Là dedans la génération de mai 68 porte une responsabilité. Bon, mais en tout cas laissez-nous ces apéros géants, le seul truc un peu funky et fédérateur qu'on ait pour faire la fête (chais pas si vous avez remarqué, mais entre autres notre génération n'a pas eu de groupe et de style de musique vraiment populaire et rassembleur, aller au stade bof vu la fréquence de buts en ligue 1, les boites c'est vraiment de la merde de nos jours, etc..). On a grandi sous l'ère Chirac puis Sarko avec en arrière fond une guerre larvée en Afghanistan, une croissance molle puis une crise économique, le chômage haut, les problèmes écologiques qui se multiplient et la conscience aiguë que le système actuel ne fonctionne pas et n'est pas durable, sauf qu'on se sait pas quoi faire à la place. Les flics deviennent de plus en plus cons et racistes. Les autres générations s'en foutent de nos vrais problèmes, le premier étant le logement (hein, il est où le logement dans les infos ?), le deuxième trouver du travail. Sympa, hein ? Face à ça, on n'est pas des fous de drogues dures : pour la plupart la consommation de drogues s'arrête au cannabis et peut-être une ou deux petites pastilles par là où un trait de poudre. On préfère se la jouer collectif et on se démerde pour organiser des rassemblements publics bon enfant, et on nous critique ? >> VinceDeg

A propos de Pierrick Tillet 3816 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.