100 personnes à reloger en 2 semaines…

Vivre_dignement.jpg
 

Pendant la présidentielle française, les dégueulasseries continuent. Une goutte d’eau dans un ignoble océan. Celle-là se passe en Belgique. Elle pourrait advenir aujourd’hui partout ailleurs. Cent réfugiés cherchent à échapper au naufrage. Ils nous le disent sans haine, sans gémissements…


À Bruxelles, la Voix des Sans Papiers (VSP) est un collectif de personnes sans papiers qui s’auto-organisent pour vivre dignement, revendiquer leurs droits fondamentaux et obtenir leur régularisation.

Ils vivent dans une excellente entente avec le voisinage et sont par ailleurs soutenus par de nombreuses associations: SOS Migrants, le MRAX, le CIRE, le MOC, le Réseau ADES, le mouvement Tout Autre Chose et bien d’autres.

Le collectif existe depuis plusieurs années et est composé d’une centaine de personnes, homme, femmes, familles et une dizaine d’enfants scolarisés. Ils se logent provisoirement depuis deux semaines rue de la Senne sur le territoire de Bruxelles Ville, après avoir dû partir du bâtiment qu’ils occupaient à Schaerbeek, rue de l’Olivier. Malheureusement, ils doivent déjà quitter les lieux dans les deux semaines. Le bâtiment dans lequel ils ont trouvé refuge est destiné à être détruit. La Voix des Sans Papiers souhaiterait donc l’occuper jusqu’au début des travaux prévus. Par ailleurs, le bâtiment avait été partiellement rénové grâce entre autres à de l’argent public. Utiliser cet espace vide pour loger des personnes dans le besoin, le temps de sa réaffectation, semble donc être une bonne manière pour que l’argent public utilisé pour sa rénovation soit rentabilisé un minimum plutôt que de le gaspiller en, ce qui semble être, de la spéculation immobilière. Le contact a été pris avec le propriétaire du bâtiment et plusieurs discussions ont eu lieu avec lui. Il ne s’est malheureusement pas montré disposé à laisser occuper ce bâtiment vide depuis plusieurs années et demande l’expulsion des occupants.

Ils sont donc à la recherche d’un nouveau bâtiment qu’ils pourraient occuper légalement pour ne pas finir à la rue. Ils souhaitent, plus que tout, sécuriser leur famille et arrêter de bouger sans cesse. Une occupation pour les sans papiers, c’est aussi un espace où s’organiser pour continuer à revendiquer leurs droits. C’est à dire vivre dignement mais aussi revendiquer de rester sur le territoire sur lequel ils sont intégrés déjà depuis longtemps.

Cette fois-ci, nous pouvons faire la différence ! Nous pouvons tous contacter nos échevins, nos élus, des entreprises ou des particuliers qui posséderaient un bâtiment non utilisé. Nous pouvons aussi signaler un logement qui semble vide. Il existe près de 5000 bâtiments vides à Bruxelles. C’est donc possible !

En Belgique, on compte près de 100 000 personnes sans papiers, donc un citoyen sur cent privé de tout droit alors que sa vie est établie en Belgique souvent depuis de nombreuses années. Rappelons-nous qu’ils ne sont pas dangereux mais que c’est eux qui sont en danger. Vu le refus de Théo Francken d’octroyer le statut de réfugiés aux nouveaux demandeurs d’Asile venant d’Afghanistan et d’Irak notamment, le rang des sans papiers risquent de continuer à grossir.

Toute information utile est la bienvenue via logementSP@gmail.com

Si vous souhaitez contacter directement le collectif La Voix des Sans-Papiers : vsp1@hotmail.com

Tous égaux, tous humains, tous solidaires.
Trouvons leur un toit pour vivre !

L’équipe d’Esperanzah!

=> Source : Esperanzah!

A propos de Pierrick Tillet 3815 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.