Prendre des trains sans savoir où ils nous mènent…

trains de la mort

Voici deux interventions aux contenus très différents, mais qui se complètent et nous éclairent sur la situation d’obscurantisme que nous traversons aujourd’hui.

La folie vaccinale

La première émane du Dr Véronique Rogez, médecin généraliste à Noyon, contrainte sur ordre de son ARS (Agence régionale de Santé), d’arrêter son activité et d’abandonner ses 1 500 patients pour avoir refusé de se faire vacciner, mais aussi par réaction épidermique au ton insupportable des injonctions qu’on lui infligea.

« L’extraordinaire banalité du mal »

La seconde est une évocation par le Dr Louis Fouché d’Hannah Arrendt analysant le phénomène Adolf Eichmann, ce fonctionnaire nazi falot chargé de la logistique des trains vers les camps de la mort :

« Eichmann voulait juste que les trains arrivent à l’heure, il voulait juste ne pas regarder où aller les trains, parce que ça c’était insupportable. Donc, elle a cette phrase qui est une déflagration de la philosophie morale, elle parle de “l’extraordinaire banalité du mal“. En fait le totalitarisme arrive à cause de cette extraordinaire banalité du mal, parce que les gens refuse de regarder où vont les trains. Aujourd’hui, quand des gens se font les porte-voix du gouvernement et répercutent les propos de la propagande en disant “il faut se faire vacciner ! il faut se faire vacciner !”… Mais où va le train ? »

A propos de Pierrick Tillet 3890 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.