Santé publique : ce qui se passe aux Antilles dépasse l’entendement

Santé publique hôpitaux Guadeloupe
Les services de réanimation sur débordés en Guadeloupe. Il faudrait trois fois plus de lits que maintenant, dénonce le professeur Louis Bernard, du CHRU de Tours. © Radio France - Valérie Dejean

Toute la désintégration d’un pays à travers ces deux interventions d’une soignante présente sur place et d’un professeur de médecine de Tours revenant de Guadeloupe.

Le témoignage de Saya Soumiah, soignante en Guadeloupe :
Le témoignage le Pr Louis Bernard, du CHU de Tours, dénonçant une « maltraitance sanitaire », après 10 jours de mission en Guadeloupe :

« En plus de 30 ans de métier, je n’ai jamais connu ça dans un département français. J’ai encore des idées noires face aux afflux massifs de patients, aux gens restant pendant 24h sur des brancards dans une hygiène précaire, aux décès nombreux dans les services.

Les moyens manquent sur place. Les lits de réanimation ne sont pas assez nombreux. Les soignants sont donc contraints de prioriser certains patients. Moi, j’appelle ça trier.

Une infirmière de 25 ans avait la moitié de ses patients sous morphine et en fin de vie, alors qu’en métropole, elle était dans un centre de vaccination pour protéger. C’est terrible pour les soignants.

Ça ne peut pas durer comme ça. Il faut que les gens prennent conscience de ce qu’il se passe. »

[Propos du Pr Bernard recueillis par France Bleu Tours]


A propos de Pierrick Tillet 3861 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.