9 août 2021 : des millions de Français en exil dans leur propre pays

Exil sur les terrasses de café
Paris 8 août : foule sur las Champs-Élysées, mais terrasses désertes dans les cafés appliquant le pass sanitaire.

Eh bien, voilà me voici en exil dans mon propre pays ! Comme presque 30 millions de Français : selon les chiffres officiels, seuls 55,5% des citoyens ont à ce jour reçu les deux doses de vaccin réglementaires. Pour les autres, plus le droit de fréquenter les bistrots, les restaus, les cinés, de prendre les transports en commun, d’aller dans les centres commerciaux, de faire une visite de contrôle dans des hôpitaux, d’aller voter dans un bureau de vote…

Je me doute que parmi les quelques 30 millions d’exilés forcés, beaucoup vont s’empresser d’aller faire la queue dans les vaccinodromes pour obtenir le précieux QR code et avoir le droit de porter les bracelets bleus de virginité virale qu’on distribue dès à présent à la SNCF (pourquoi pas une étiquette à l’oreille, comme les vaches, pendant qu’on y est).

On n’est plus à l’abri d’aucune déconvenue. Autour de moi, ça tombe comme à Gravelotte dans les rang de la résistance papier buvard. Les exécutants ont la défaite mauvaise, les uns détournant leurs aigreurs sur les récalcitrants qu’ils ont cessé d’être en les bloquant sur Twitter, les autres en s’en prenant aux machines à QR code, déjà défaillantes au premier jour, parce qu’elles vont leur faire rater leur train. D’aucuns révolutionnaires gauchistes – ils ont tout compris, ceux-là ! – surenchérissent aux diktats du régime en appelant à une campagne de vaccination encore plus massive « et pédagogique » pour briser les chaînes de contamination (ceci au moment où Israël et l’Islande, rois de la vaccination massive, constatent que le vaccin n’a rien arrêté du tout chez eux).

Du côté des résistants

Bref, la confusion est à son comble et bien des esprits défaillent, en même temps que le pays. Mais la résistance possède aussi son noyau dur, comme ces 415 061 participants minimum aux manifestations anti-pass sanitaire du samedi 7 août, un record inédit en plein mois d’août.

Source (la seul crédible en la matière) : Le Nombre jaune

Le Nombre jaune a raison de parler le nombre de participants « minimum ». Car il en fallait sans doute bien plus, ce lundi 9 août, pour que les terrasses de café soient à ce point désertées, comme on a pu le vérifier dès le premier jour d’exil imposé.

Je l’ai déjà dit sur ce yetiblog : je me suis préparé à cet évènement dramatique depuis longtemps. J’y ai même été initié dès ma plus tendre tendre enfance, quand les privilèges qui me sont aujourd’hui interdits n’existaient pas pour la plupart et qu’on s’en passait. On rêvait de décroissance, nous y voilà. Il est des moments où on se dit que cet exil forcé par des imbéciles vaut lettre de noblesse et garantie de salut pour les réprouvés.

A propos de Pierrick Tillet 3869 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.