Vaccinés ou non, nous ne reviendrons pas à la “vie d’avant”

La vie d'aujourd'hui
Triste “vie d'aujourd'hui”

Nous sommes parvenus au coeur de la tourmente d’un effondrement généralisé. Je dis effondrement généralisé comme d’autres parlent de cancer généralisé. En réalité, celui-ci est triple : économique, sanitaire, climatique. Mais avec des tas de dégâts collatéraux, dont le dérèglement mental n’est pas des moindres.

Quand il est atteint d’un cancer généralisé, l’être humain se recroqueville dans une bulle de déni fermée à toute perception d’une réalité devenue insupportable. Fermeture à double tour, même, puisque le verrouillage de la réalité ne s’accompagne d’aucune fuite via l’imaginaire. La raison affolée a muré son cachot, condamnée à des faux-semblants pour ne pas sombrer.

2021 : les premiers Jeux olympiques de l’Histoire sans spectateurs

Rongé par son cancer systémique, l’être humain ne réagit plus que par des pulsions primaires de bête traquée : le vaccin, par exemple, produit approximatif lâché dans la nature par des fous à lier obnubilés par des profits à courte vue.

Peine perdue : le vaccin n’empêche ni d’attraper le virus, ni de le transmettre. Et l’on découvrira très vite, sans doute dès l’automne prochain, qu’il ne protège même pas des formes graves de la maladie. Le pass sanitaire et des confinements à répétition y suppléeront alors en pure perte, voiles grossiers illusoires jetées sur des dérèglements multiples autrement dangereux.

Incendie “climatique” en Grèce le 5 août 2021

Il n’existe aucun vaccin contre les dérèglements mentaux

Car il n’existe aucun vaccin contre la dépression économique capitaliste chronique, aucun vaccin contre les ravages climatiques, encore moins de vaccin contre les dérèglements de l’esprit.

Vaccinés ou non, nous ne reviendrons pas à la “vie d’avant”. Nous sommes arrivés au moment historique où la question de l’effondrement systémique ne se pose même plus. Il est acté. Il nous reste juste, désormais, à mesurer l’insupportabilité de la “vie d’aujourd’hui”.

5 août 2021 : le Conseil constitutionnel valide le pas sanitaire… sans surprise !

Quand celle-ci aura atteint son seuil critique, alors oui, une fois de plus sur les ruines fumantes du monde mort, des réactions de survie viendront des rescapés du naufrage, ceux qui ne se seront pas laissés inoculer les sédatifs mortels qu’on administre aux cancéreux pour leur épargner les dernières souffrances, ceux qui auront totalement fait le deuil d’une “vie d’avant” devenue impossible. Les réfractaires à la catastrophe programmée sont la seule planche de salut vers une “vie d’après”.

Ceux dont pourrait venir le salut.
A propos de Pierrick Tillet 3869 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.