Climat : malgré le Giec, en route vers la catastrophe

climat et catastrophe
Inondations meurtrières en Allemagne.

Le Giec (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) prépare son 6ème rapport sur fond de dérèglements climatiques extrêmes. Gageons que ce 6ème rapport sera encore plus alarmiste que le précédent. Et parions qu’une nouvelle fois, il ne sera suivi d’aucun effet, d’aucune décision conséquente.

« Nous ne sommes pas sur la bonne voie pour atteindre l’objectif de l’Accord de Paris et limiter la hausse de la température à 1,5 °C d’ici la fin du siècle. En fait, nous sommes sur la voie opposée, nous nous dirigeons vers une augmentation de plus de 3 °C »

Patricia Espinosa, secrétaire exécutive de la CCNUCC (Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques)

Non, une nouvelle fois dans l’histoire de l’humanité, aucun cri d’alerte, aucune annonce de catastrophe n’empêchera la catastrophe. Des sociétés humaines qui se donnent des dirigeants aussi démentiellement aveugles que ceux d’aujourd’hui se condamnent aux tragédies. En tout cas, vous pouvez être sûr qu’aucune mesure concrète d’importance ne sera prise tant que nos pays seront dirigés par de tels fous.

La paralysie de l’entendement humain

L’intelligence humaine, reptilienne, est ainsi faite qu’elle se ferme instantanément devant l’insupportable, qu’elle regarde ailleurs pendant l’inacceptable, qu’elle oppose le déni à l’inéluctable. C’est ainsi qu’à l’approche de la mort, la raison de l’agonisant s’enferme dans la prison du déni. C’est ainsi qu’à l’approche d’un danger, la victime ferme les yeux. C’est ainsi que nous n’avons pas VU les camps de la mort, que nous n’avons pas VU les horreurs de la guerre d’Algérie, que nous ne VOYONS pas le martyr des réfugiés….

Aujourd’hui, la catastrophe climatique frappe elle aussi à nos portes. Nous l’entendons, nous la subissons, certains prétendent la connaître pendant que d’autres s’obstinent à la ranger au rayon des accessoires complotistes. Nous faisons mine de prendre quelques promesses de mesures. Nous trions nos déchets entre poubelles vertes et jaunes… Mais non, rien de sérieux. Notre raison s’y refuse, paralysée par ce qui la dépasse.

Voilà pourquoi les êtres humains ne réagissent aux catastrophes qu’une fois celles-ci survenues. Par défaillance de cette raison dont ils sont pourtant si fiers, par neutralisation intinctive de leur entendement.

A propos de Pierrick Tillet 3869 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.