Israël : une grande majorité de vaccinés parmi les cas critiques

vaccin et Israël

La réalité est impitoyable… mais finit toujours par s’imposer. En Israël, pays champion de la vaccination, on assiste à une brusque remontée des formes graves du Covid : 118 personnes sérieusement atteintes de la maladie au dernier recensement. Parmi elles, une grande majorité de personnes totalement vaccinées.

Israël : 61% de vaccinés… et 71% de vaccinés parmi les patients sérieusement atteints !

Problème : 71% de ces 118 Israéliens sérieusement atteints (serious, critical) sont totalement vaccinés ! Pire encore, la proportion de malades graves vaccinés est très supérieure à la proportion de personnes totalement vaccinées : 61%.

Traduction : Israël compte désormais 108 patients gravement malades, cinq fois plus qu’il y a un mois. 71% sont complètement vaccinés, une proportion qui ne cesse d’augmenter. Et rappelez-vous que le pourcentage de personnes âgées vaccinées est plus proche de 90 % que de 100 %. Il devient difficile de faire correspondre ces chiffres avec une protection même modérée.

Dire que le vaccin protège des formes graves de la maladie, comme s’y engagea imprudemment le ministre de la Santé israélien (immédiatement relayé par ses confrères des autres pays occidentaux) relève donc, soit de la précipitation, soit de l’abus de langage.

On savait que le vaccin n’empêchait ni d’être contaminé, ni de contaminer. On sait maintenant qu’il n’empêche pas d’être sérieusement atteint par le virus. À quoi sert-il ?

Pas plus de cas graves en proportion dans les pays vaccinés que dans les pays qui le sont beaucoup moins

Vous me direz, 118 personnes sérieusement atteintes sur une population de 8,6 millions d’individus, ça n’est pas bézef. Mais c’est pareil en France, pays très moyennement vacciné (à peine 50%), où l’on dénombre aujourd’hui 886 cas critiques pour 67 millions d’habitants. Maintenant comparez avec les pays beaucoup plus à la bourre en matière de vaccination (l’Inde, le Japon, Madagascar…) et vous constaterez que la proportion de cas graves n’y est pas plus élevée.

Outre que la gravité de l’épidémie de Covid est somme toute assez bénigne en cette période de l’année, l’autre conclusion de cette analyse est que la maladie ne frappe pas plus les pays vaccinés que les pays qui rechignent à l’être. À quoi sert donc un vaccin qui ne sert à rien ?

=> Sources de mes infos :

A propos de Pierrick Tillet 3860 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.