Après les régionales, la ligne de fracture politique est irréversible

régionales : cartes d'identité brûlées à Nantes
« On ira pas voter pour les départementales et régionales et on ira plus jamais voter. » En grève depuis 8 semaines contre la vente de leur usine par Renault, les salariés de la Fonderie de Bretagne brûlent leurs cartes d'électeur pour dénoncer l'impuissance des politiques.

Le spectacle lamentable donné lors de ce second tour des élections régionales confirme que le processus de renversement des lignes de forces politiques française est enclenché. Cet effondrement politique est à contextualiser avec les autres signes d’effondrement systémique de notre pays. Des signes visibles aussi bien du côté du vieux monde que du côté du monde en gestation.

La fin du monde pseudo-démocratique confirmée lors du 2nd tour des régionales

Du côté du vieux monde pseudo-démocratique et de ses représentants, la chute est vertigineuse :

  • les autorités sont acculées à des démonstrations de force brutale (violences policières) ou à la multiplication de lois liberticides, impuissantes à enrayer le processus de leur effondrement politique ;
  • toutes les infrastructures du pays sont touchées en profondeur  : services publics en miette (santé, éducation…), économie en dépression, industrie délocalisée, finance hors sol jouant à Monopoly…
  • or le “spectacle” démocratique est lui aussi non seulement pulvérisé, réduit à l’état de caricature, mais déserté en masse par ses spectateurs/acteurs (66,63% d’abstentionnistes au 2nd tour des régionales)
  • les acteurs politiques, de droite comme de gauche, ne représentant plus qu’eux mêmes, en sont réduits à ânonner leurs tirades que plus personne ne croit, à pousser des cris de victoire hors sol qui indiffèrent tout le monde :

Le vivier du nouveau monde se trouve parmi les abstentionnistes

On pourrait croire que cette situation déliquescente pourrait s’étirer à l’infini. Mais ce serait sans voir que les signes du basculement politique apparaissent aussi, de façon de plus en plus précise, du côté du monde en gestation. Lequel puise naturellement son vivier parmi les abstentionnistes :

  • la désertion du sinistre théâtre démocratique est encore plus massive chez les jeunes générations (abstention à 79 % pour les 18/34 ans au 2nd tour des régionales), contraintes de réorganiser elles-mêmes leur vie, faute de trouver leur place dans une société moribonde ;
  • des actes d’insubordination et d’incivilités de plus en plus nombreux éclatent contre les acteurs ringards du vieux monde : commissariats brûlés, président giflé, représentants moqués ou ouvertement méprisées, irrespect répété des injonctions officielles relayées par les préfectures (cf. le nombre de manifestations interdites qui se tiennent quand même) ;
  • cette prise d’autonomie des jeunes générations vis-à-vis du vieux monde se manifeste aussi par la jonction de plus en plus nette entre démonstrations festives et expressions politiques contestataires : à Redon où les teufeurs se réunirent en mémoire de Steve Caniço, à Paris où les jeunes chantaient la Marseillaise sur les quais de Seine le soir de la Fête de la musique…

Les semaines et les mois à venir vont être probablement décisifs (sur fond de possible 4ème confinement à l’automne, de dépressions économique et sociale assurées, de dérèglement climatique renforcé…). Comment commence la Marseillaise déjà ? Ah oui :

« Aux armes, citoyens ! »

A propos de Pierrick Tillet 3890 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.