L’éclatement de la société française ou le retour à 1788

Éclatement de la société française

Petit à petit, sur fond de dislocation d’une population angoissée, masquée, vaccinée, attendant résignée l’annonce d’une « 4ème vague«  pour l’automne prochain, les digues qui maintenaient tant bien que mal la société française à flot sont en train de sauter les unes après les autres, livrant un spectacle de désolation.

« Je ne pense pas qu’aujourd’hui la société française soit dans un moment de grande tension »

Ces derniers temps, nous avons franchi un nouveau cap décisif, celui de l’affrontement et des ruptures :

  • les agressions ouvertes contre des policiers et des commissariats ;
  • l’exécution simulée de militants de gauche par un youtubeur énervé et son tutoriel pour acheter des armes sur les marchés parallèles ;
  • les vociférations des imbéciles de service, de Zemmour à Nauleau, les péroraisons hors-sol des spécialistes vendus, du Dr Marty à Karine Lacombe…
  • sans compter les enfarinés (qui, il est vrai, ont un peu la tête de l’emploi) :

Pendant ce temps, le giflé, celui qui nous fait fonction de président de la République, déclarait sans rire :

« Je ne pense pas qu’aujourd’hui la société française soit dans un moment de grande tension. »

Emmanuel Macron, 11 juin 2021

Une atmosphère de fin d’ancien régime

Fuite en avant ou précipitation en arrière ? Il règne sur le pays comme un parfum de futur ancien régime. Hier soir, 11 juin 2021 à 23 heures, deux évènements sont venus s’entrechoquer qui marquent la rupture entre le peuple et une “élite” ayant définitivement perdu la tête (sans même le recours à “la veuve” du Dr Guillotin). Hier soir, à la même minute de la 23ère heure qui marque le nouvel horaire d’entrée en vigueur du couvre-feu “sanitaire” :

  • le président de la République accordait la grâce d’un délai, accueilli aux cris de « Merci Macron ! » par les spectateurs huppés de Roland-Garros, pour que puisse se terminer un match à rallonge entre deux tennismen…
  • … et lâchait ses forces de l’ordre qui chargeaient, matraquaient et enfumaient sans ménagement les fêtards du bas peuple ayant eu le tort d’avoir voulu s’attarder sur la place des Invalides à Paris.

A propos de Pierrick Tillet 3888 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.