Art & politique : Ivan Messac (1948- )

Ivan Messac art et politique
Ivan Messac Au train où vont les choses : 58 à pois, peinture acrylique sur toile 54 x 81 cm 2013

Ivan Messac est né en 1948. Peintre et sculpteur, il vit et travaille à Paris et Sens.

Au printemps 1969, Ivan alors étudiant en philo, installe sans autorisation une fresque entre les halls D et E de la faculté de Nanterre. Il expose au Salon de la jeune peinture, devient membre du comité et dessine les affiches des salons de 1974 et de 1975. Pendant plus de dix ans, il participe à de nombreuses expositions aux côtés d’artistes de la Figuration narrative. Les artistes du mouvement, en général fortement politisés, donnent à la peinture une fonction sociale et critique de la société de consommation. Dans ces années 1970, il est invité à la Biennale de Paris et à l’exposition Mythologies quotidiennes 2 organisée par Gérald Gassiot-Talabot.

En 1983, Ivan passe progressivement de la peinture à la sculpture. Au début des années 2000, il retrouve le chemin de la peinture. Chaque série de tableaux est inspirée par un thème (des couples célèbres ou Adam et Eve) des figures de poète (Maïakovski ou le Grand écart, Pessoa ou Pessoa est un autre) de musiciens (Gene Vincent ou Crazy Legs, des guitaristes célèbres ou My Generation) et son panthéon d’artistes (Zoo moi). Son intérêt pour la sculpture ne le quitte pourtant pas, en 2012 il commence une série de sculptures plates.

La pratique artistique d’Ivan Messac n’a de cesse d’échapper aux modes et tendances artistiques et se distingue par une forte dimension critique, historique et politique. Son œuvre emprunte au Pop Art ses couleurs franches, le recours au texte, aux photographies de presse, l’usage des figures de célébrités et rock stars et s’enrichit de références mythologiques, historiques et littéraires. Ivan Messac poursuit aujourd’hui, jusque dans ses “Sculptures plates“, une réflexion amusée et d’une grande finesse sur les pouvoirs de l’image et le rôle social de l’artiste, caractérisée par des jeux de langages ainsi que des allers retours entre peinture et sculpture, figuration et abstraction.

Aralya
Altitude attitude
L’amour à cloche-pied
Le rêve est le propre de l’artiste