“L’ambition politique” du Dr Louis Fouché en quatre priorités

débriefing politique de Louis Fouché

C’est un fait désormais avéré : le vieux monde à l’occidental est mort. Et la Troisième révolution est arrivée, au grand dam de l’ex-système capitaliste dominant, comme l’annonce l’écrivaine Fred Vargas. Sauf que contrairement aux deux premières (les révolutions néolithique et industrielle), la révolution présente n’est plus de notre fait, mais nous est imposée par mère Nature, exaspérée par nos excès. Est-ce à dire que nous n’avons plus la main sur notre destin ? Pas du tout, réplique Louis Fouché en proposant quatre priorités d’action pour bâtir un autre monde.

Les quatre derniers spasmes du vieux monde

Certes, le vieux monde bouge encore, mais réduit à quelques spasmes d’auto-défense stériles auxquels plus personne ne croit, peut-être même pas lui :

  • Spasme sanitaire : pass sanitaire obligatoire pour tout le monde !
  • Spasme politique : vite des élections à tous les étages, régionales, présidentielles, pour sauver les apparences d’une démocratie truquée par les puissances d’argent !
  • Spasme médiatique : factchecking forcené des médias mainstream pour sauver la citadelle “Pensée unique” assiégée par les infos contradictoires déferlant des réseaux sociaux.
  • Spasme religieux : le mythe du Great Reset, forme moderne de la croyance en la résurrection des morts, mais à coups de puces sous-cutanées, de contrôles faciaux, de lois sécuritaires…

Tout ça est pathétique, n’a plus aucun sens. Mais après, quoi ?

Quatre priorités pour bâtir un autre monde

Dans une interview-débriefing accordée à France-Soir, Louis Fouché décline son ambition politique en quatre priorités indispensables pour bâtir un autre monde :

  • Reprendre pied dans son environnement immédiat en passant de la peur à la prudence, de la colère au courage. Chercher à détruire un pouvoir qui s’auto-détruit lui-même est à la fois hors de portée des citoyens et inutile. « Recommencer à discuter avec sa belle-soeur, c’est déjà énorme, puis après avec la directrice d’école… »
  • Rouvrir l’espace du débat démocratique au sens noble (pas électoral), localisé au niveau des groupes sociaux à taille humaine (pas dans les hautes sphères nationales, encore moins européennes). Trouver un juste équilibre entre la place de l’individu et celle de la société dans le partage du pouvoir, les règles de prise de décision. Refaire du lien social, refaire des commerces, des écoles… et reprendre le contrôle du nerf de la guerre : l’outil monétaire comme moyen d’échange.
  • Proposer une autre politique sanitaire, plutôt que d’infléchir celle imposée par des autorités corrompues et des grandes multinationales corruptrices. Proposer un parcours de soins réels aux patients et ne plus s’en débarrasser avec du paracétamol.
  • Mettre en lien tous ceux qui veulent agir, à travers la science, l’éducation, les activités économiques, mais aussi à travers l’art, la culture. Chercher l’élan commun, plutôt que la critique commune. Se polariser sur le vivant au sens large. Remettre l’intelligence humaine au centre des préoccupations, plutôt que l’intelligence artificielle, voie de garage du néolibéralisme techno-industriel moribond.

Voilà. Je ne saurais trop vous conseiller d’écouter in-extenso l’interview de Louis Fouché en lien ci-dessous. Ce n’est pas seulement de l’intelligence humaine de base, c’est du tonifiant et du décapant. De toute façon, nous n’avons aucune autre piste pour reconstruire un autre monde que de nous en occuper nous-mêmes en faisant un pas de côté, je veux dire en vivant vraiment notre vie telle que nous la voulons, sans plus nous ous préoccuper de la bête capitaliste en train de crever avec ses spasmes et ses vaccinodromes dérisoires.

A propos de Pierrick Tillet 3888 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.